Les 27 trouvent un compromis sur leur position en vue de Copenhague

Les dirigeants européens sont tombés d'accord vendredi sur le volume de l'aide internationale qui devra être dégagé lors du sommet de Copenhague pour aider les pays en développement à s'adapter au réchauffement climatique, mais sans définir le montant que l'UE mettra elle-même sur la table des négociations.

A un peu plus d'un mois du rendez-vous de Copenhague, les Vingt-sept ont décidé d'y défendre collectivement la mobilisation de 100 milliards d'euros par an à l'horizon 2020 à l'échelle mondiale pour aider les pays en développement à faire face aux conséquences annoncées du réchauffement climatique (hausse du niveau des mers, multiplications de tempêtes, ...) et à se doter de technologies propres.

De 100 milliards d'euros préconisés, 22 à 50 milliards, estiment encore les Européens, devront être d'origine publique, c'est-à-dire fournis essentiellement par des contributions des pays riches comme le Japon, l'Europe, le Canada ou les Etats-Unis.

Les Vingt-sept ne précisent toutefois nullement quel montant ils sont prêts à mettre sur la table à Copenhague, les conclusions du sommet se bornant à dire que l'UE prendra "sa part" du financement international. (GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés