Les corps des Françaises tuées en Argentine, ramenés à Buenos Aires vendredi

Les corps des deux Françaises retrouvées mortes près de Salta (nord de l'Argentine) il y a près d'une semaine devaient être ramenés à Buenos Aires vendredi, au moment où les enquêteurs cherchent toujours à déterminer la date du crime.

Les dépouilles d'Houria Moumni, 24 ans, et Cassandre Bouvier, 29 ans, ont été déposées en attendant dans une chapelle funéraire de Salta.

Les enquêteurs argentins s'efforcent d'établir formellement la date du décès de deux Françaises. Les premières autopsies avaient situé les décès autour du 26 juillet, mais de nouvelles analyses sont venues mettre en cause cette estimation.

Selon la presse locale jeudi, des expertises permettent de dater les décès entre le 16 et le 17 juillet, soit 12 ou 13 jours avant la découverte des corps. Non confirmées, ces affirmations ont été corroborées mercredi par les témoignages d'habitants de la région ayant entendu des coups de feu le 16 juillet.

Selon les enquêteurs, Cassandre Bouvier a été victime d'un viol avant d'être tuée d'une balle dans le front dans cette réserve naturelle recouverte de forêts près de Salta, à 1.600 kilomètres au nord de Buenos Aires.

Houria Moumni a quant à elle résisté à une tentative de viol et a tenté de s'échapper, mais elle est tombée et a reçu une balle dans le dos. Elle a agonisé plusieurs heures avant de succomber.

Un suspect, Daniel Vilte, a été arrêté en début de semaine et se trouvait toujours en détention jeudi, mais son seul lien avec l'affaire serait l'achat ou la vente d'une arme de calibre 22, similaire à celle utilisée contre les Françaises.

Un homme qui serait "en possession d'une arme" de même calibre que celle du crime est actuellement recherché sur la base de déclarations de M. Vilte, a indiqué le juge Martin Perez. (PVO)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés