Les pays d'Europe occidentale doivent cesser de renvoyer des Roms au Kosovo

Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, a indiqué mardi que "les pays d'Europe occidentale devraient cesser de renvoyer de force des Roms au Kosovo", et souligné que le manque de papiers d'identité était un problème récurrent.

"De nombreux Roms du Kosovo ont été contraints de fuir pour survivre, ce qui a entraîné la perte, la destruction ou le transfert de leurs documents", a rappelé M. Hammarberg dans le dernier article de son carnet des droits de l'homme publié mardi.

"L'absence de papiers d'identité et un faible niveau d'instruction ont rendu encore plus difficile, pour nombre de Roms, l'acquisition des documents nécessaires pour vivre et obtenir des droits dans les pays d'accueil", ajoute-t-il.

En conséquence, le commissaire aux droits de l'homme préconise que "les Etats devraient éviter de mener des politiques qui ne font qu'aggraver la situation", en arrêtant de renvoyer des Roms de force au Kosovo.

Selon un rapport de l'Unicef, 38% des Roms renvoyés d'Allemagne sont apatrides par exemple.

"Le droit à la nationalité est un droit de l'homme fondamental, consacré par la Déclaration universelle des droits de l'homme. Il s'agit du +droit d'avoir des droits+ et il faut s'employer avec davantage d'énergie et de détermination à le mettre en oeuvre", conclut Thomas Hammarberg. (BPE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés