Publicité

Les pêcheurs refusent de lever le blocage des ports du nord de la France

Les pêcheurs français ne lèveront pas les barrages dans les principaux ports du nord du pays, en dépit d'une décision de justice qui ordonne leur déblocage, a affirmé mercredi le président du comité local des pêches de Boulogne-sur-mer, Marc Perrot, du syndicat CFTC.

"On ne lève rien du tout. On reste en place", a déclaré le syndicaliste, avant de participer avec une dizaine d'autres représentants des pêcheurs à une réunion à Paris avec le ministre de la Pêche, Michel Barnier, pour trouver une issue au conflit entamé mardi.

"On va négocier des quotas supplémentaires" de pêche "et on ne veut pas d'argent", a ajouté M. Perrot, dans une allusion aux mesures "d'accompagnement économique" que propose le gouvernement.

Les pêcheurs, qui estiment leur profession menacée de disparition, bloquent depuis mardi les ports de Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français en tonnage, Dunkerque, deuxième port de fret du pays et Calais, d'où est assuré l'essentiel du trafic transmanche avec l'Angleterre et l'Irlande.

Ils réclament une hausse de leurs quotas de capture de cabillauds et de soles. Ce mouvement de protestation bloque le trafic transmanche.

La justice française, saisie par les compagnies de ferries LD Lines et P&O, a ordonné mercredi aux pêcheurs de cesser les blocages des ports sous peine d'amendes.

(FLO)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés