Publicité

Les Rwandais réclament de la Belgique qu'elle poursuive les génocidaires

Le Rwanda et les rescapés du génocide de 1994 ont réclamé mardi des autorités belges qu'elles jugent les génocidaires présumés vivant "en toute liberté" en Belgique et qu'elles adoptent une loi réprimant la négation de ces massacres qui ont fait de 800.000 à un million de morts en trois mois, d'avril à juillet 1994.

"Il faut juger les responsables, des prévenus génocidaires circulent librement en Belgique et dans le monde", a affirmé le chargé d'affaires de l'ambassade du Rwanda à Bruxelles, Parfait Gahamanyi, lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes du génocide qui s'est déroulée mercredi matin à Woluwe-Saint-Pierre, en présence du ministre des Affaires étrangères Karel De Gucht, d'un représentant du ministre de la Défense et de représentants de la Chambre et du Sénat.

Quelque 150 personnes, dont de nombreux Rwandais, ont assisté à la cérémonie, qui a débuté par une minute de silence. Les participants portaient un ruban mauve autour du cou, ou du poignet, en mémoire du million - selon le gouvernement de Kigali, l'ONU ne parlant que de 800.000 - de personnes décédées lors du génocide de 1994. Les orateurs rwandais ont pratiquement passé sous silence les victimes hutues.

Dans son discours, M. De Gucht a qualifié d'outrage à la mémoire des victimes tout discours négationniste envers le génocide des Tutsis, massacrés "en raison de leur appartenance ethnique". (CLA)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés