Liban/présidentielle: rejet du projet de loi gouvernemental

L'opposition libanaise, soutenue par la Syrie et l'Iran, a rejeté le projet de loi adopté par le gouvernement appuyé par l'Occident pour amender la Constitution en vue de permettre l'élection du chef de l'armée à la tête de l'Etat, le jugeant "anticonstitutionnel".

L'initiative adoptée lundi "n'a aucune valeur constitutionnelle" et "ne vise qu'à faire obstacle au compromis" entre la majorité antisyrienne et l'opposition, a déclaré Ali Hassan Khalil, député du mouvement chiite Amal, présidé par Nabih Berri, président du Parlement et un pilier de l'opposition.

Le Conseil des ministres avait adopté lundi un projet de loi sur un amendement de la Constitution permettant "pour une seule fois" l'élection de hauts fonctionnaires" à la tête de l'Etat.

Mais M. Berri avait alors déclaré qu'il n'allait pas réceptionner le texte, son camp ne reconnaissant pas le gouvernement depuis la démission de plusieurs ministres de l'opposition il y a un an.

(NLE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés