Mandat d'arrêt requis contre deux activistes proches du No Border Camp

Le parquet de Bruxelles a requis un mandat d'arrêt, et au minimum une remise en liberté sous conditions, pour deux jeunes activistes français privés de liberté vendredi matin après qu'ils ont déversé de l'huile et de la peinture dans le hall d'entrée des bureaux de Sodexo à Auderghem, a indiqué Jean-Marc Meilleur, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Une dizaine d'activistes ont déversé de la peinture et de l'huile vendredi matin dans le hall du siège social de l'entreprise Sodexo à Auderghem. L'incident a immédiatement été signalé et deux des activistes ont été interpellés par la police locale. Ils ont ensuite été entendus par la police judiciaire fédérale de Bruxelles qui a repris le dossier.

"Aux environs de 8h30 ce vendredi matin, plusieurs personnes ont pu pénétrer à l'intérieur de notre bâtiment et ont renversé des seaux contenant de l'huile, de la graisse, de la peinture et de la colle dans le hall d'entrée", a précisé une porte-parole de l'entreprise française.

Dans une lettre adressée aux responsables de Sodexo, les activistes entendait dénoncer "la collaboration active de cette entreprise pourrie avec la machine à expulser et le système d'exploitation capitaliste." "Sodexo n'est pas le prestataire dans les centres d'accueil de Fedasil et dans les centres fermés", a répondu Hilde Eygemans, porte-parole de Sodexo.

(ALB)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés