Mobilisation internationale pour le Kenya, menacé de chaos

Les appels à l'arrêt des violences au Kenya se multipliaient mercredi après les affrontements interethniques et politiques qui ont fait plus de 300 morts depuis les élections contestées du 27 décembre, menaçant de chaos un pays décrit comme un modèle de stabilité en Afrique.

Dans la capitale, la vie a repris mercredi matin, après une semaine de paralysie totale. Les commerces ont rouvert partiellement. Devant les banques, de longues files de clients attendaient de pouvoir retirer de l'argent.

Dans le centre-ville, la police a rétabli la circulation de rues interdites d'accès depuis la semaine dernière et les minibus de transports en commun recommençaient à circuler.

En revanche, dans l'Ouest, bastion du chef de l'opposition Raila Odinga, qui rejette la réélection du président Mwai Kibaki, des violences meurtrières se poursuivaient, selon la police et des témoins.

Ces violences ont pris à certains endroits un aspect de "nettoyage ethnique", selon un haut responsable de la police, notamment à Eldoret où des assaillants ont incendié une église mardi dans laquelle 300 à 400 personnes étaient réfugiées, faisant au moins 35 morts, dont des femmes et des enfants.

(GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés