Mortalité infantile: l'Afrique subsaharienne toujours à la traîne

Malgré de nets progrès au cours du XXème siècle dans le monde, la mortalité infantile est toujours élevée en Afrique subsaharienne, relève une étude française, qui estime que cela est davantage dû à un manque de prévention et d'organisation qu'au manque de moyens.

D'après l'Onu, "au total, ce sont près de 7% des nouveau-nés de 2010 qui décèderont avant d'atteindre leur cinquième anniversaire", rappelle l'Institut national des études démographiques (Ined).

Si, "dans les pays les plus développés, la mortalité avant 5 ans n'est plus que de 0,5%, voire inférieure" notamment grâce aux progrès de la vaccination, "elle est encore supérieure à 10% dans beaucoup de pays du Sud, notamment en Afrique subsaharienne", poursuit l'Ined.

S'il est évident que "le développement économique entraîne à terme le recul de la mortalité des enfants", il serait néanmoins "possible de la faire baisser sans attendre dans ces régions en faisant notamment bénéficier plus largement les enfants des vaccins disponibles", selon l'Ined.

Le manque de vaccination "ne vient pas d'un coût élevé des vaccins", juge l'Ined car "il est souvent faible et pris en charge par des organisations internationales dans le cas des pays les plus pauvres". "La raison tient plutôt à un intérêt insuffisant pour la prévention et à une mauvaise organisation", conclut l'étude.

(LUM)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés