No headline

Il est erroné de dire que la vente de tabac explose en Belgique. On s'oriente même vers une diminution des recettes en accises et TVA de l'ordre de 200 millions d'euros pour 2011, a affirmé samedi le cabinet du ministre des Finances en affaires courantes Didier Reynders.

Selon Le Soir, la Belgique a connu une augmentation record des ventes de cigarettes (+19%) et de tabac à rouler (+25%) sur les neuf premiers mois de 2011. Le pays attire de plus en plus les fumeurs anglais et français.

Selon Claude Monseu, conseiller du ministre des Finances, ces chiffres ne correspondent pas à ceux dont dispose le ministre des Finances et qui font apparaître une baisse des recettes de l'Etat.

D'après lui, l'Etat a perçu, pour toute l'année 2010, 2,5 milliards d'euros de recettes en provenance des accises et de la TVA sur la vente de tabac. Les projections sur base des neuf premiers mois de l'année augurent une diminution de 200 millions pour 2011.

Claude Monseu a précisé à l'agence Belga que l'écart avec les chiffres diffusés par la presse provenait vraisemblablement du fait que la législation a changé depuis le 1er janvier dernier.

Jusqu'alors, les accises étaient perçues au moment de l'acquisition des bandelettes fiscales que le secteur doit obtenir pour pouvoir commercialiser le tabac.

Depuis le 1er janvier, les accises ne doivent plus être payées que lorsque le produit est mis en vente dans le magasin.

Toujours selon Claude Monseu, l'augmentation de l'écart entre le prix du paquet de cigarettes vendu en Belgique (5,05 euros) et en France (6,25) est influencé par le fait qu'un paquet vendu en Belgique contient 19 cigarettes (20 en France).

Le conseiller du ministre Reynders a enfin précisé que la Belgique occupait la cinquième place du classement des pays européens où fumer coûte le plus cher. (JDD)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés