Nobel: Mario Vargas Llosa appelle à combattre dictatures et fanatismes

Le prix Nobel de Littérature 2010 Mario Vargas Llosa a lancé mardi à Stockholm un appel à combattre le fanatisme, le terrorisme et les dictatures qui sont "le mal absolu" pour un pays.

Chaque époque a connu ses peurs, a souligné l'écrivain hispano-péruvien dans le traditionnel discours prononcé par les lauréats avant la remise du prix vendredi.

"La nôtre est celle des fanatiques, celle des terroristes suicidaires, une espèce ancienne convaincue qu'en tuant on gagne le paradis (...) il faut leur couper la route, les affronter et les vaincre", a-t-il lancé.

Il a aussi mis en garde contre un cataclysme nucléaire qui pourrait être provoqué par "n'importe quel groupuscule de rédempteurs fous" à la faveur de la multiplication d'armes de destruction massive.

L'ancien candidat de centre-droit à l'élection présidentielle du Pérou en 1990 a également fustigé les dictatures qui "doivent être combattues sans ménagement, par tous les moyens à notre portée, y compris par des sanctions économiques".

L'auteur de La fête au bouc, qui retrace les derniers jours du dictateur dominicain Rafael Trujillo, récompensé par l'Académie Nobel pour son oeuvre qui ausculte "les structures du pouvoir", a apporté son soutien à "ceux qui comme les Dames en Blanc de Cuba, les résistants du Venezuela, ou Aung San Suu Kyi (Nobel de la paix 91) et Liu Xiaobo (Nobel de la paix 2010) affrontent courageusement les dictatures dont ils pâtissent".

Il a déploré que des gouvernements démocratiques "se montrent souvent bienveillants non envers eux mais envers leurs bourreaux".

(MPK)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés