Nouvelle-Zélande: commission d'enquête sur le pire accident minier en 100 ans

La Nouvelle-Zélande a annoncé lundi la création d'une commission royale pour enquêter sur la plus grave catastrophe minière du pays depuis près d'un siècle, tandis que la mine, où 29 hommes ont péri, continuait d'être la proie des flammes.

La commission royale, qui est l'instance dotée des pouvoirs d'investigation les plus importants selon la législation néo-zélandaise, sera présidée par le juge Graham Panckhurst, a indiqué le Premier ministre John Key.

"Les circonstances et les causes de la mort des 29 hommes dans la mine de Pike River doivent être comprises afin que nous puissions faire tout ce qui est possible pour nous assurer que cette tragédie ne se reproduise pas", a-t-il déclaré.

L'incendie, déclenché dimanche par une quatrième explosion, se poursuivait lundi, a encore dit le chef du gouvernement.

La police avait indiqué dimanche que cet incendie jetait des doutes sur la récupération des corps.

John Key a également annoncé que la sécurité des quatre autres mines souterraines de Nouvelle-Zélande allait être passée en revue.

Vingt-neuf mineurs sont portés disparus dans la mine de charbon Pike River depuis une explosion survenue le 19 novembre. Une deuxième violente explosion, mercredi, a anéanti les espoirs de retrouver les hommes, qui sont présumés morts.

Il s'agit de la catastrophe minière la plus meurtière en Nouvelle-Zélande depuis 1914, lorsqu'une explosion avait tué 43 mineurs.

(MJN)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés