Obésité: l'excès de calories joue un rôle, mais la flore intestinale aussi

Les micro-organismes qui permettent de digérer les aliments peuvent aussi pousser le corps à accumuler les kilos en cas de mauvaise régulation, affirme une étude publiée dans le journal Science, suggérant que la consommation excessive de calories n'est pas seule en cause.

Si le mauvais type de bactéries présentes dans la flore intestinale prend le dessus, cela peut causer une inflammation qui provoque un état pré-diabétique et augmente l'appétit, selon cette étude publiée jeudi.

"On a longtemps considéré que l'épidémie d'obésité dans les pays développés était causée par un mode de vie de plus en plus sédentaire et l'abondance de nourriture hautement calorique à bas coût", a expliqué le principal auteur de l'étude, Andrew Gewirtz, de la Emory University School of Medicine dans l'État américain de Géorgie.

"Mais les résultats de notre étude suggèrent qu'un excès de consommation de calories n'est pas seulement le résultat d'une alimentation excessive, mais que les bactéries intestinales contribuent à modifier l'appétit et le métabolisme", a-t-il ajouté.

M. Gewirtz et ses collègues ont étudié des souris génétiquement modifiées de façon à être privées d'une protéine immunitaire clé, la TLR5, qui aide les cellules à détecter la présence de bactéries.

Le système immunitaire peut continuer à réguler les bactéries sans TLR5, mais avec une moins grande efficacité. La composition de la flore change alors, une inflammation débute et les récepteurs à insuline perdent leur sensibilité.

(EYI)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés