Opel: Berlin juge "inacceptable" le comportement de General Motors

Le ministre allemand de l'Economie Rainer Brüderle a estimé mercredi que "le comportement de General Motors (était) absolument inacceptable" après la décision du constructeur américain de conserver sa filiale européenne Opel.

Le ministre attend "que General Motors mette le plus vite possible sur la table ses plans de restructuration" d'Opel, qui compte quatre usines en Allemagne, a-t-il dit devant la presse à Berlin, juste avant une réunion du conseil des ministres qui sera consacrée en partie à ce dossier.

M. Brüderle a en particulier estimé que l'annonce de General Motors était "inacceptable vis-à-vis des salariés à huit semaines de Noël", surtout après que ces derniers ont annoncé être prêts à des sacrifices salariaux.

Arguant d'un environnement des affaires en Europe "amélioré", d'une meilleure "santé financière" et de "l'importance d'Opel/Vauxhall" pour sa stratégie internationale, General Motors avait expliqué dans la nuit avoir finalement décidé de conserver Opel après des mois de négociations avec l'équipementier canadien Magna, associé au russe Sberbank.

(GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés