Publicité
Publicité

Otages au Mali: la France rejette les exigences d'Al-Qaïda

La France a affirmé vendredi que sa politique ne serait pas dictée de "l'extérieur", en réaction aux exigences d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui détient cinq otages français au nord du Mali et a demandé à Paris de négocier directement avec Oussama Ben Laden.

"La France fait tout ce qui est en son pouvoir pour que tous les otages, où qu'ils soient, soient libérés sains et saufs", a déclaré la nouvelle chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie. Elle "ne peut accepter que sa politique soit dictée à l'extérieur par qui que ce soit", a-t-elle assuré.

La chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira a diffusé jeudi soir un message audio du chef d'Aqmi, l'Algérien Abdelmalek Droukdel, dans lequel il exige que la France retire ses troupes d'Afghanistan.

"Toute forme de négociation sur ce sujet à l'avenir sera conduite avec personne d'autre que notre Cheikh Oussama ben Laden (...) et selon ses conditions", déclare le dirigeant d'Aqmi.

Ce message d'Aqmi est adressé à la France au moment où un retrait graduel des forces déployées dans ce pays est au menu d'un sommet de l'Otan qui s'ouvre vendredi à Lisbonne. La France a déployé quelque 3.800 hommes en Afghanistan.

(EYI)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés