Ouverture du 13e sommet de la Francophonie à Montreux

Le 13e sommet de la Francophonie s'est ouvert samedi à Montreux (Suisse) en présence de 38 chefs d'Etat et de gouvernement qui doivent s'entretenir de la gouvernance mondiale et de la sécurité dans la région africaine du Sahel.

Dans un discours d'ouverture, la présidente de la Confédération helvétique, Doris Leuthard, a affirmé que "coups d'Etat et francophonie étaient devenus incompatibles". Elle a appelé "à une restauration rapide de l'Etat de droit dans les pays suspendus" de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Guinée et Madagascar.

Elle a affirmé que la Francophonie était une "plate-forme privilégiée de dialogue Nord-Sud".

Le secrétaire général de l'OIF, Abdou Diouf, et plusieurs chefs d'Etat doivent prononcer des discours, notamment le président français Nicolas Sarkozy qui précisera ses priorités pour le G20 et le G8, dont la France prend la présidence respectivement à partir du 12 novembre et début 2011.

Les discours d'ouverture seront suivis d'une photo de famille dans les jardins au bord du lac Léman.

Après la passation de pouvoirs entre le Canada et la Suisse, les travaux en plénière seront consacrés aux thématiques du sommet dont la place de la Francophonie dans la gouvernance mondiale, la solidarité francophone face aux grands défis, notamment la sécurité alimentaire, le changement climatique et la biodiversité.

La sécurité dans la bande sahélo-saharienne et la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique qui détient depuis mi-septembre en otage cinq Français, un Malgache et un Togolais dans le nord du Mali, seront également abordées.

Une déclaration doit être signée dimanche, dernier jour de ce sommet biennal.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés