Paris pense que l'otage au Sahel était peut-être mort depuis deux semaines

Le Premier ministre français François Fillon a émis mardi l'hypothèse que l'otage français Michel Germaneau, que le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Amqi) a annoncé avoir exécuté samedi, était en fait peut-être déjà mort depuis au moins deux semaines.

"Je pense que la vie de l'otage était condamnée depuis le jour où nous avons reçu cet ultimatum du 12 juillet. C'est en raison du caractère anormal, étrange de cet ultimatum, et de ce refus d'engager la discussion avec les autorités françaises, que nous pouvons penser que Michel Germaneau était déjà mort à ce moment-là. Mais ce n'est qu'une supposition", a-t-il dit sur la radio Europe 1.

Le 11 juillet, Aqmi avait menacé de tuer d'ici 15 jours Michel Germaneau si la France ne répondait pas favorablement à ses demandes d'une libération de plusieurs de ses membres détenus dans des pays de la région.

(VIM)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés