Pas d'erreurs majeures dans le rapport 2007 du GIEC

L'organe de l'ONU pour l'étude du changement climatique n'a pas commis d'erreurs majeures dans son rapport de 2007, malgré plusieurs fautes, dont une concernant les Pays-Bas, selon une analyse publiée lundi par l'Agence néerlandaise d'évaluation de l'environnement (PBL).

Le PBL "n'a pas trouvé d'erreurs qui ébranleraient les principales conclusions du rapport de 2007 du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) au sujet des possibles futurs impacts locaux du changement climatique", a déclaré l'agence publique dans un communiqué.

Le PBL, qui releve toutefois plusieurs "erreurs", estime que "l'accent a été mis sur les principaux effets négatifs du changement climatique".

L'étude du PBL avait été commandée par le gouvernement néerlandais à la suite de l'affirmation du Giec selon laquelle 55% des Pays-Bas se trouvent en dessous du niveau de la mer, au lieu de 26% selon le gouvernement.

"Il aurait fallu lire que 55% des Pays-Bas sont susceptibles de subir des inondations", a affirmé le PBL.

Le Giec avait également estimé que les glaciers de l'Himalaya reculaient plus vite que d'autres et "pourraient disparaître d'ici 2035, voire avant", des estimations jugées excessives par des scientifiques et hommes politiques sceptiques sur le réchauffement climatique.

"Les glaciers de l'Himalaya ne disparaîtront pas d'ici 2035 pour la plupart, comme cela était indiqué dans le rapport du Giec", estime le PBL.

"Le Giec devrait plus investir dans le contrôle de qualité afin d'éviter erreurs et raccourcis, dans la mesure du possible", ajoute le PBL, qui demande "plus de transparence et de clarté dans les argumentations qui mènent à certaines conclusions".

(GFR)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés