Pays-Bas: un religieux soupçonné de la mort de 37 enfants dans les années 1950

Un religieux et un médecin, désormais décédés, sont soupçonnés de la mort, dans les années 1950, de 37 pensionnaires d'un internat catholique pour enfants handicapés à Heel, au sud-est des Pays-Bas, a annoncé jeudi le parquet néerlandais.

"Sous la responsabilité de frère Andreas et du médecin de l'institution, 37 garçons sont morts entre 1952 et 1954, probablement victimes de crimes", a déclaré Eugène Baak, le porte-parole du parquet de Roermond.

Les deux hommes étant décédés et les faits prescrits, le parquet n'entamera pas de poursuites.

Frère Andreas, mort en 1996, était notamment chargé des soins donnés aux enfants du pavillon Gerardus, où étaient accueillis 19 des 37 garçons décédés. Il a séjourné de la fin des années 60 au début des années 90 à l'abbaye de West-Vleteren.

Le religieux qui travaillait sous la supervision du médecin de l'internat, Guus Verstraelen, n'était pas qualifié pour prendre soin des pensionnaires auxquels il aurait notamment administré des doses trop élevées de morphine et de calmants, selon le rapport.

Le médecin de l'établissement, mort en 1982, aurait lui caché les faits à sa hiérarchie, qualifiant les décès de "naturels".

Selon plusieurs témoins interrogés au cours de l'enquête, le frère Andreas était surnommé "frère seringues". Les décès suspects avaient brusquement cessé le jour de 1954, où il avait été muté dans un autre établissement.

Selon le parquet, l'évêché de Roermond avait été informé des décès suspects en 1959 par l'inspection du travail mais n'avait entrepris aucune action.

(NLE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés