Pétrole contre nourriture: non-lieu requis pour Pasqua et Total

Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour l'ancien ministre français Charles Pasqua et l'entreprise Total dans l'enquête sur des malversations présumées au sein du programme onusien en Irak "Pétrole contre nourriture", a-t-on appris lundi de sources proches du dossier.

L'enquête ouverte en 2002 s'était orientée vers diverses personnalités françaises soupçonnées d'avoir perçu au début des années 2000 des commissions occultes sous forme d'allocations de barils de pétrole du régime irakien de Saddam Hussein, en violation du programme de l'ONU "pétrole contre nourriture".

Au total, 20 personnes physiques, dont l'une est depuis décédée, et deux entreprises, le groupe pétrolier Total et la société de courtage suisse Vitol, ont été mises en examen dans ce dossier.

Le parquet de Paris avait déjà pris des réquisitions en septembre 2009 mais un nouveau juge chargé de l'enquête, Serge Tournaire, avait finalement mis en examen le 27 février le groupe Total en tant que personne morale pour corruption d'agent étranger, complicité et recel de trafic d'influence.

Cette décision a relancé l'enquête et amené le parquet à prendre de nouvelles réquisitions.

Il revient désormais au juge Tournaire de décider leur éventuel renvoi devant le tribunal correctionnel.

(MPK)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés