Publicité
Publicité

Policier tué en France: ETA accuse la police française d'avoir tiré en premier

L'organisation séparatiste basque ETA a accusé la police française d'être à l'origine de l'échange de tirs au cours duquel un policier français est mort, le 16 mars en région parisienne, dans un communiqué publié dimanche dans le quotidien basque Gara.

Dans son texte, rédigé en langue basque, l'organisation armée affirme qu'après avoir "neutralisé" ce soir-là quatre militants d'ETA, la police française "a tiré deux fois en direction d'un militant au sol et sans arme".

Après avoir entendu les coups de feu, trois autres membres d'ETA se sont approchés des lieux et ont ordonné aux policiers français de "jeter leurs armes et de s'en aller", explique le texte, selon lequel deux policiers ont commencé à se retirer pendant que d'autres ont pointé leurs armes et commencé à tirer".

"C'est ainsi qu'ont débuté les tirs", assure le texte, qui affirme que les "militants d'ETA ont tiré neuf coups de feu. Les policiers français, beaucoup plus".

Selon une source judiciaire française, la police a arrêté ce soir-là quatre personnes qui tentaient de voler des voitures, quand deux véhicules sont arrivés, dont un des occupants a ouvert le feu.

Un policier français, Jean-Serge Nérin, 52 ans, a été tué dans la fusillade qui a suivi. Un militant basque de 27 ans, qui a affirmé appartenir à ETA, a été arrêté. (SLE)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés