RDC: 242 femmes violées début août lors d'une attaque rebelle ont été soignées

Au moins 242 femmes victimes de viols entre fin juillet et début août dans l'est de la RD Congo, attribués notamment à des rebelles hutu rwandais, ont reçu des soins depuis, selon des chiffres obtenus jeudi auprès d'une ONG américaine.

"242 femmes violées ont été prises en charge médicalement", a déclaré à l'AFP Cris Baguma, médecin congolais de International medical corps (IMC) à Walikale, dans la province du Nord-Kivu (est).

La majorité des viols ont été commis à Luvungi, une localité de 2.160 habitants, et dans d'autres villages alentour. D'après cette ONG, ces viols seraient le fait de combattants des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des miliciens locaux.

"Les cas les plus frappants ont été ceux de deux femmes enceintes et d'une autre qui avait accouché deux semaines avant", a ajouté le docteur Baguma, précisant que la plus âgée des victimes a 75 ans et la plus jeune 16 ans.

"Des femmes ont déclaré avoir été déshabillée et laissée nue, d'autres avoir eu les seins tirés, presque toutes disent avoir été frappées, certains ont été mordues", a raconté le docteur Christophe Nyembo, psychologue d'IMC.

Le territoire de Walikale "est un carrefour de carrières minières, les agresseurs ont pensé que les femmes gardaient de l'or dans leur partie génitale et y ont introduit leurs doigts", a-t-il détaillé.

(DEF)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés