Retraites: Sarkozy dit qu'il n'ira "pas plus loin" dans les concessions

Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi que le gouvernement ne pouvait "aller plus loin" dans les concessions sur la réforme des retraites, au lendemain de manifestations ayant mobilisé un nombre record de personnes, selon des députés.

"Nous ne pouvons plus aller plus loin" dans les concessions, a déclaré le président cité par des députés centristes alliés du parti présidentiel (UMP, droite) reçus à déjeuner par le chef de l'Etat.

Nicolas Sarkozy, qui a fait de cette réforme le symbole de son engagement à changer la France, a concédé jusqu'ici quelques aménagements, mais n'entend pas revenir sur le coeur du projet, le report de l'âge de départ à la retraite (de 60 à 62 ans pour l'âge minimal, de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein).

Le président a par ailleurs dénoncé l'appel à manifester lancé par l'ex-candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal en direction des jeunes.

Le président a fait ces déclarations au lendemain d'une journée de très forte mobilisation contre cette réforme, à laquelle ont participé 3,5 millions de personnes selon les syndicats, 1,23 million selon la police. Ces manifestations ont aussi été marquées par la présence de milliers de jeunes.

Nicolas Sarkozy avait auparavant réaffirmé qu'il était "indispensable" de conduire cette réforme "jusqu'au bout", avait indiqué la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, à l'issue du Conseil des ministres. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés