Réunion d'experts anti-terroristes au Mali où Aqmi détient sept otages

Des experts de la lutte anti-terroriste des pays du G8 ont entamé symboliquement mercredi une réunion à Bamako, capitale d'un pays dont la partie nord est un des théâtres d'opération d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui y détient sept otages, dont cinq Français.

Que ces experts se réunissent au Mali à ce moment précis pour étudier les moyens de renforcer la lutte anti-terroriste, "est une marque d'estime et de confiance", a déclaré Moctar Ouane, ministre malien des Affaires étrangères, à l'ouverture des travaux d'experts du Groupe d'action contre le terrorisme du G8 (GACT).

Une réunion de deux jours élargie à plusieurs pays de la bande sahélo-saharienne et d'Afrique de l'Ouest, ainsi qu'à l'ONU, l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE) et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

L'Algérie, pays le plus puissant de la bande sahélo-saharienne, a boycotté la rencontre à laquelle participe son plus grand rival régional, le Maroc.

Alger, qui a régulièrement critiqué Bamako par le passé pour son laxisme à l'égard d'Aqmi, considère en outre que la lutte contre cette organisation est l'affaire des seuls pays du Sahel et ne souhaite pas l'implication de pays qui y sont étrangers.

La multiplication des activités d'Aqmi semble avoir cependant entraîné une prise de conscience dans ces pays sur la nécessité de s'entendre face au groupe.

Fin septembre, en l'espace de quatre jours, les états-majors des armées du Mali, du Niger, de l'Algérie et de la Mauritanie se sont réunis à Tamanrasset (sud de l'Algérie) où a été établi un commandement militaire conjoint, et ont créé à Alger un centre conjoint du renseignement. (MUA)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés