Russie : Khodorkovski ironise sur Poutine et le vol de pétrole

L'ex-magnat pétrolier russe, Mikhaïl Khodorkovski, jugé pour le vol de centaines de millions de tonnes de pétrole, a souligné lundi que s'il avait subtilisé une telle quantité de brut, les autorités, dirigées par Vladimir Poutine, s'en seraient rendues compte.

L'ex-patron de la compagnie pétrolière Ioukos, en prison depuis 2003, purge déjà une peine de huit ans de prison pour escroquerie à grande échelle et évasion fiscale. Il attend désormais le verdict de son second procès pour le vol de 218 millions de tonnes de pétrole entre 1998 et 2003.

"Au cours de la période durant laquelle, selon l'accusation, nous avons volé le pétrole, Poutine était d'abord Premier ministre (1999-2000) puis président (2000-2008)", a constaté M. Khodorkovski.

"J'aimerais bien savoir s'il trouve ça vraiment réaliste de ne pas s'être rendu compte alors de la disparition de 20% de la production pétrolière de Russie", a poursuivi l'ex-homme le plus riche du pays.

La défense de M. Khodorkovski et de son ex-associé et co-accusé Platon Lebedev avait demandé durant le procès la comparution comme témoin de Vladimir Poutine, mais cette demande avait été rejetée.

Le parquet a requis 14 ans de prison contre le deux hommes, dont le second procès devrait s'achever cette semaine.

L'affaire Ioukos a été dénoncée par les libéraux russes et à l'étranger comme étant une opération inspirée par le Kremlin, soucieux de rétablir le contrôle de l'Etat sur de précieux actifs pétroliers et de mettre au pas M. Khodorkovski, jugé trop indépendant et manifestant des ambitions politiques. (MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés