Publicité

Sarkozy prononce l'éloge funèbre de son "ami" Séguin, figure de la droite

Le président Nicolas Sarkozy a rendu lundi après-midi "l'hommage solennel de la Nation" à son "ami", l'ancien ministre et figure de la droite gaulliste en France Philippe Séguin, mort jeudi à l'âge de 66 ans, saluant sa "noblesse" et son "dévouement".

"Tu vas nous manquer (...) mais le petit enfant meurtri de Tunis continuera longtemps encore à parler à chacun de nous de son père héroïque, de sa mère institutrice, de son devoir d'orgueil, de la France, de la République, et de ce que nous leur devons", a déclaré M. Sarkozy devant de très nombreuses personnalités, de droite comme de gauche, réunies en la cathédrale Saint-Louis des Invalides à Paris, dont la façade était ornée d'un portrait du défunt.

Le président a longuement évoqué la carrière de Philippe Séguin, de sa naissance à Tunis et la mort de son père alors qu'il n'était âgé que d'un an, jusqu'à sa carrière politique, de la mairie d'Epinal à la présidence de l'Assemblée nationale et à la Cour des comptes.

Lors de cette cérémonie digne d'un ancien président de la République, Nicolas Sarkozy était accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy.

Le gouvernement était présent quasiment au complet et, image publique rare, les anciens présidents Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac étaient assis côte à côte.

Depuis la mort de l'ancien ministre, l'ensemble de la classe politique française a salué la mémoire d'un "serviteur de l'Etat" exigeant et l'indépendance de celui qui fut notamment un adversaire résolu du traité européen de Maastricht (1992).

(DGO)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés