Sédiments d'un lac arctique indiquent un réchauffement depuis 1950

Une analyse des sédiments d'un lac arctique montrent des changements biologiques et chimiques intervenus vers 1950 et résultant d'un réchauffement climatique sans précédent en 200.000 ans. Cette étude juge que le facteur humain en est la cause probable.

"Les dernières décennies sont uniques au cours des 200.000 dernières années en termes de changements biologiques et chimiques observés dans les carottes de sédiments" du lac de l'île de Baffin au Canada, explique Yarrow Axford, un glaciologue de l'Université du Colorado à Boulder.

"Nous observons des indications claires d'un réchauffement dans un des endroits les plus isolés de la Terre à une période au cours de laquelle l'Arctique connaissait un cycle naturel de refroidissement", poursuit-il.

Les changements environnementaux dans ce lac durant le millénaire passé ont été étroitement liés aux causes naturelles de l'évolution climatique, telles que des modifications périodiques et bien comprises de l'orbite terrestre. En revanche, les carottes sédimentaires depuis 1950 montrent que le cycle de refroidissement du climat a été modifié par les émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine, écrivent les auteurs de cette recherche.

(NLE)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés