Publicité

Sort de Liu Xiaobo: "pas un sujet à aborder" entre France et Chine, juge Pékin

La vice-ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying a estimé jeudi que le sort du dissident prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo, emprisonné depuis 2009, n'était "pas un sujet à aborder entre la Chine et la France", au premier jour de la visite du président chinois Hu Jintao.

"Ce n'est pas un sujet à aborder entre la Chine et la France. Liu a violé la loi et a été condamné", a estimé Mme Fu devant la presse à l'issue des premiers entretiens entre M. Hu et son homologue français Nicolas Sarkozy.

Avant la visite du numéro un chinois, les ONG de défense des droits de l'Homme ont dénoncé le sort réservé au dissident chinois et dénoncé le "renoncement" de la France, qui a, selon elles, fait le choix de brader la défense des libertés en échange de la signature de juteux contrats pour ses entreprises.

Ces organisations ont également reproché à Nicolas Sarkozy d'avoir choisi le silence après l'attribution du prix Nobel de la paix 2010 à Liu Xiaobo, pour ne pas froisser son invité et s'attirer ses bonnes grâces à quelques jours de la présidence française du G20.

Avant la visite, l'Elysée avait indiqué qu'aucun sujet n'était "tabou" entre les deux pays.

Agé de 54 ans, Liu Xiaobo, condamné en décembre à 11 ans de prison pour subversion, est l'un des principaux auteurs de la charte 08 pour des réformes démocratiques, signée par des centaines de Chinois. (COC)

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés