Suède: le fondateur de WikiLeaks reste visé par une accusation d'agression

La justice suédoise continue d'enquêter sur une accusation d'agression visant le fondateur du site internet WikiLeaks spécialisé dans la publication de documents confidentiels, Julian Assange, qui a été blanchi d'une accusation de viol, a annoncé samedi le Parquet.

"L'enquête (concernant l'agression) est toujours ouverte. Le procureur en charge se prononcera plus tard, mais pas ce soir (samedi)", a déclaré à l'AFP une porte-parole du Parquet, Karin Rosander.

En fin d'après-midi, le procureur Eva Finné a annulé un avis de recherche lancé quelques heures plus tôt contre M. Assange pour une accusation de viol.

Le Parquet a été saisi de deux affaires distinctes concernant M. Assange: une pour viol et une pour agression.

Mme Rosander a expliqué à l'AFP que les faits ayant été connus dans la nuit de vendredi à samedi, le procureur de permanence dans la nuit a automatiquement émis l'avis de recherche lié à l'affaire de viol.

Puis dans la journée, après enquête, le procureur chargé de l'affaire a pu annuler cet avis ayant estimé que M. Assange "n'était pas suspect de viol". Depuis, "Assange n'est plus recherché", affirme le Parquet.

Mais l'enquête pour agression, des faits beaucoup moins graves qu'un viol, selon Mme Rosander, se poursuit.

(GFR)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés