Un réseau de courtage refuse de commercialiser les diamants de Marange au Zimbabwe

Un important réseau de courtage de diamants, le Rapaport Group, a annoncé lundi son refus de commercialiser les pierres précieuses des mines de Marange, au Zimbabwe, affirmant qu'il n'y avait pas de garanties qu'elles ne soient pas des "diamants du sang".

"Nous ne tolérerons pas l'utilisation de notre réseau pour la distribution de diamants ayant un rapport avec des violations des droits de l'homme", a souligné dans un communiqué le président du groupe qui a son siège aux Etats-Unis, Martin Rapaport.

"RapNet, le réseau de courtage de diamants Rapaport, ne permettra pas le commerce de diamants provenant de Marange. Ses membres qui auraient consciemment offert à la vente des diamants de Marange sur RapNet seront exclus et leur nom sera rendu public", souligne le communiqué.

Après plusieurs mois d'interdiction, le Zimbabwe a été autorisé à commercialiser une partie de ses diamants provenant de sa mine de Marange, où l'armée s'était livrée à des exactions contre les civils.

La première vente a eu lieu le 11 août sous supervision du Processus de Kimberley, le système de certification internationale sous mandat de l'ONU chargé d'éliminer du marché les diamants "sales" ou "diamants du sang", servant à financer des guerres ou provenant de zones où les droits de l'homme sont violés.

(JDO)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés