WikiLeaks: les Britanniques ont failli arrêter le chef d'Al-Qaïda en Irak

Un hélicoptère de l'armée britannique était sur le point d'arrêter en 2005 le Jordanien Abou Moussab Zarqaoui, chef d'Al-Qaïda en Irak tué en 2006, mais a dû faire demi-tour car il manquait de carburant, indique un document publié par WikiLeaks, selon une analyse de The Observer.

Le 17 mars 2005 en début d'après-midi, les services de renseignement britanniques basés à l'époque à Bassorah, dans le sud de l'Irak, localisent Zarqaoui, dont la tête était alors mise à prix 25 millions de dollars, voyageant sur une route proche de la ville, explique un document publié par WikiLeaks et analysé par The Observer, version dominicale du quotidien britannique The Guardian, média partenaire du site.

Le rapport fait partie des quelque 400.000 documents confidentiels de l'armée américaine publiés vendredi par le site WikiLeaks.

Un hélicoptère Lynx couvre la zone et repère une voiture suspecte. Il maintient la surveillance pendant 15 minutes mais, après avoir épuisé ses réserves de carburant, doit retourner à sa base pour faire le plein.

"De ce fait, la zone intéressante a été sans surveillance pendant 20 à 30 minutes", ajoute le document confidentiel de l'armée américaine. Passé ce délai, un bataillon britannique arrive sur zone mais, faute d'appui aérien, ne peut qu'effectuer des recherches au hasard, qui restent vaines. Le rapport d'incident se conclut par cette phrase: "A 22H14, les recherches sont interrompues".

Abou Moussab Zarqaoui sera tué quinze mois plus tard, en juin 2006, par une frappe américaine.

(MUA)

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés