Foot - Le président du Standard Roland Duchâtelet a rencontré les supporters des Rouches

C'est un spectacle plein de désolation qui attendait Roland Duchâtelet lundi matin. Les abords du stade de Sclessin, où s'est tenue une assemblée générale extraordinaire du club liégeois étaient complètement "tagués". Des inscriptions sans équivoque s'étalaient sur les abris-bus, les guichets, les murs autour de l'enceinte. Tous les messages, qui donnaient au quartier des allures de ghetto incitaient l'homme d'affaires au départ.

L'action des supporters ne s'est pas arrêtée là. Ils étaient une quarantaine à attendre le président du Standard à son arrivée. Et une dizaine d'entre eux est parvenue à pénétrer dans les locaux.

"Il faut d'abord bien souligner que l'action ne concerne pas des clubs de supporters en particulier, ni d'éventuels noyaux durs", nous assure un des manifestants qui a tenu à conserver l'anonymat. "Nous avons agi sous le label 'Supporters' c'est important."

Il convient également de préciser qu'aucune brutalité, aucune violence physique n'a été commise. Les "Supporters" exigeaient cependant des explications précises sur le remplacement de l'entraîneur Mircea Rednic et sur le transfert des 20 millions d'euros, des caisses du Standard vers la trésorerie de la holding à laquelle appartient précisément le Standard.

"Des explications que nous avions déjà entendu, mais qui ne sont pas parvenues à nous convaincre", remarque le "Supporter" du Standard interrogé par nos soins.

Après vingt minutes environ, les dix "Supporters" se sont retirés dans le calme, permettant ainsi à l'Assemblée Générale de se tenir. "Mais nous n'en resterons pas là. Nous reviendrons manifester, pacifiquement toujours lors du business meeting qui se déroulera le 27 juin."

. (Belga)

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés