sabato

Nadia Naveau: "Pendant que je modèle, je peux entrer dans une sorte de transe"

Nadia Naveau nous parle de ce qui la fait se lever de sa chaise: George Michael, la culture de la sieste et un ordinateur portable écrasé.

Quelle est la chaise de votre vie?

"Difficile à dire... La chaise la plus importante, c’est celle de mon atelier. C’est là que commence ma journée, en regardant ce que j’ai fait la veille. Je suis aussi très attachée à une chaise fabriquée par Hans Wuyts, un ami. Je la considère plus comme une sculpture que comme un meuble. Sur le plan émotionnel, j’adore la chaise fuchsia années 50 de Nanny Bristol."

Qu’est-ce qui vous a fait tomber de votre chaise récemment?

"Au sens propre du terme? Je suis tombée d’un tabouret dans un café! Au sens figuré, c’est quand mon galeriste a écrasé mon ordinateur portable avec la camionnette qui transportait mes œuvres."

"Pendant que je modèle, des sculptures que j’ai oubliées sortent à nouveau de mes doigts. Je peux alors entrer dans une sorte de transe, un état de concentration extrême."
Nadia Naveau
Sculptrice

Qui aurait sa place au dîner de vos rêves?

"Je peux inviter toute une tablée? Le sculpteur Gian Lorenzo Bernini, parce qu’il est un maître. Ettore Sottsass, Thomas Schütte, Giorgio de Chirico et Constantin Brancusi, pour parler de leur inspiration sculpturale et des recoupements avec l’architecture. George Michael et Grizzly Adams, parce qu’ils étaient mes idoles de jeunesse. River Phoenix, parce qu’il était talentueux et beau et qu’il est mort trop tôt. Dolly Parton, Carole King et Kenny Rogers, que j’ai vus en concert. Tracy Chapman et Stevie Nicks, parce qu’elles ont une superbe voix de conteuse, sans parler de leur talent d’autrices-compositrices-interprètes. Ça pourrait finir en soirée karaoké. Et aussi mon époux, Nick Andrews, pour partager ce grand moment."

Sur quelle chaise aimeriez-vous vous asseoir pour une journée?

"Sur celle de l’artiste Georgia O’Keeffe au Ghost Ranch à Taos, au Nouveau-Mexique." 

Qu’est-ce qui vous fait vous lever de votre chaise?

"Mon travail. Pendant que je modèle, des sculptures que j’ai oubliées sortent à nouveau de mes doigts. Je peux alors entrer dans une sorte de transe, un état de concentration extrême, et le résultat me surprend."

"J’ai le sang chaud et je me rebiffe parfois un peu trop rapidement."

Êtes-vous capable de vous poser?

"Pas toujours, mais quand je sculpte, je peux rester très concentrée pendant des heures. Viennent ensuite les ‘funny five minutes’, un état de lâcher-prise délirant. Anvers est mon lieu de création et la France, mon lieu de contemplation."

"Je me détends au soleil, près de notre maison à Saint-Bonnet-Tronçais, où la culture de la sieste est toujours aussi vivace: l’après-midi, tout est fermé et désert. J’aime ça, car c’est aussi ma façon de fonctionner: je ne suis pas du matin."

Qui nommeriez-vous à une chaire?

"Frida Kahlo, pour son endurance et sa sincérité artistique."

Avez-vous déjà fait tomber quelqu’un de sa chaise?

"Pas à ma connaissance. Ou alors pas intentionnellement. Mais j’ai le sang chaud et je me rebiffe parfois un peu trop rapidement."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité