La pièce de collection d'un "Porschiste"? Une Jaguar XK150 Roadster

L’ultime pièce de collection de Carlo Vanhove, le propriétaire du domaine Zwijnaarde et amoureux inconditionnel de Porsche? Une Jaguar XK150 Roadster de 1958.

Carlo Vanhove (62 ans) dirige le domaine du château de Zwijnaarde que ses parents l'ont acheté dans les années 80. Il est également manager de l’Executive Club Private Golf qui s’y trouve. "Ma passion, ce sont les chevaux. J’ai participé à des compétitions internationales de dressage, mais aujourd’hui, mon épouse et moi montons à cheval juste pour le plaisir."

Ses voitures sont une autre passion. "La première que j’ai conduite était la Peugeot 304 cabriolet de ma mère. Ensuite, j’ai acheté ma première voiture, une Golf GTI de 1981. J’ai toujours eu des voitures spéciales, mais je suis un fervent Porschiste. Avec ma 911 de 1976, j’ai participé à un nombre incalculable de rallyes, dont le Bilbao-Saint-Sébastien-Biarritz avec un copain d’enfance: c’était génial. Au Liège-Rome-Liège, je suis arrivé deux fois deuxième. J’ai aussi eu plusieurs 356. La plus récente, une SC Cabriolet de 1961 en Dolphin Grey, je l’ai achetée en Californie pour 89.000 dollars et l’ai revendue cinq ans plus tard pour 200.000 euros. J’ai vendu mes Porsche pour investir dans ma ferme", explique-t-il. "Mais elles me manquent."

Publicité
Publicité
La Morgan ARP4, une voiture de sport produite en seulement 50 exemplaires
Carlo Vanhove a eu une quarantaine de voitures. Au quotidien, il roule en Land Rover Defender P400 HSE (2022) et en Porsche 911 Carrera 4S Cabriolet (2022).
©Thomas Vanhaute

"Quand j’étais adolescent, mon père roulait en Jaguar XK coupé d’occasion, une voiture qui lui a causé beaucoup de tracas. Quelques années plus tard, il l’a revendue pour 10.000 francs belges (250 euros de l’époque, NDLR). Je me disais qu’elle allait prendre de la valeur: aujourd’hui, elle vaudrait bien 100.000 à 150.000 euros. Cette magnifique voiture n’a jamais cessé de me hanter. Je rêvais d’une décapotable en British Racing Green avec une capote beige. Il y a quatre ans, un copain m’a appelé: il avait trouvé la voiture de mes rêves, une XK150 Roadster Coupé de 1958. Lorsque nous sommes allés la voir, elle était bordeaux avec une capote noire. J’étais déçu, mais finalement, j’ai craqué."

Publicité
Publicité

La voiture, qui a son moteur et sa boîte de vitesses d’origine, a été restaurée en 2004. "J’ai aussi fait refaire la peinture", précise-t-il en levant le capot. "Je ne suis pas vraiment bricoleur. Ce matin, après avoir passé trois mois au garage, elle a démarré dès le deuxième essai. Conduire cette voiture est un pur plaisir, même si elle se prête davantage aux balades qu’aux rallyes."

"Je reste un Porschiste dans l'âme. Avec Porsche, la pérennité de la valeur est encore meilleure", confie Carlo Vanhove.
©Thomas Vanhaute
"Avec une Porsche 356, on me refuse parfois l’accès aux rallyes. Par contre, avec ma Jaguar, je suis toujours le bienvenu."
Carlo Vanhove
Propriétaire et gestionnaire du domaine de Zwijnaarde

"Cette voiture ne me coûte quasiment rien. La taxe de circulation est de 99,99 euros. J’ai investi dans sa rénovation, mais je pense que c’est un bon investissement — ou que sa valeur restera stable. Avec Porsche, la pérennité de la valeur est encore meilleure, probablement en raison de cette ‘qualité allemande’. La mécanique est aussi beaucoup plus simple. Un problème avec le moteur d’une 356 est vite résolu. La Jaguar, c’est différent. Et je reste un Porschiste dans l’âme. Le problème, c’est qu’avec une 356, on me refuse parfois l’accès aux rallyes parce qu’il y a déjà trop d’inscrits. Par contre, avec ma Jaguar, je suis toujours le bienvenu."

Le collectionneur a eu une quarantaine de voitures. "J’ai vendu la Bentley Continental Mulliner de 2012 l’année dernière. C’était une belle voiture, mais avec une taxe de circulation de 6.000 euros, elle devenait trop coûteuse pour une voiture de loisirs. Je n’ai pas de budget automobile fixe, mais je veille à ce qu’il demeure raisonnable. Comme voiture de tous les jours, j’ai eu une Aston Martin DB7 de 2001 et une DB9 de 2006, trois Porsche Cayenne, une Porsche 911 Targa de 2018 et une Porsche Panamera Turbo de 2018."

Une Porsche 911 Carrera 4S cabriolet de 2022 et un Land Rover Defender P400 HSE de 2022 trônent dans son allée. "Nathalie utilise souvent la Porsche et, moi, j’adore conduire le Defender. J’en ai eu trois dans la version d’origine: ils sont parfaits pour tracter une remorque à chevaux, mais pas pour faire des centaines de kilomètres sur l’autoroute. Celui-ci fait les deux sans problème."

"Je m’attache aux constructeurs, pas aux voitures", ajoute-t-il. "Lors d’un salon, il m’arrive de craquer pour une voiture classique, mais vous ne m’entendrez jamais dire que je ne la revendrai sous aucun prétexte. L’essence de ma passion pour l’automobile est toute simple: j’adore conduire. Pour aller en Italie, je préfère prendre la voiture ou la moto plutôt que l’avion."

Carlo Vanhove possède une quarantaine de voitures.
©Thomas Vanhaute

AUTOBIOGRAPHIE

Carlo Vanhove

Propriétaire et gestionnaire du domaine de Zwijnaarde.

  • La première: Volkswagen Golf GTI (1981).
  • Voiture de tous les jours: Land Rover Defender P400 HSE (2022).
  • La meilleure: Land Rover Defender P400 HSE (2022).
  • La pire: Aston Martin DB7 (2001). "Principalement des problèmes d’électronique."
  • Vendue à regret: Porsche 356 Cabriolet (1961).
  • La prochaine: "Range Rover. Je le suis de près en ce moment, jusqu’à ce que le prix baisse un peu."
  • Le rêve: "J’ai réalisé toutes mes passions, ce qui fait de moi un homme heureux."
  • La Jaguar XK150 Roadster Coupé (1958) a été restaurée en 2004, mais elle a gardé son moteur et sa boîte de vitesses d’origine.
Publicité