leading story

Ledé Markson: "Chacun amène son univers"

Pas de festival qui se respecte sans rap, donc. Et même quand on propose une formule aussi originale qu’aux Aralunaires d’Arlon, où les concerts ont lieu un peu partout dans la ville. Cette année, entre les Girls In Hawaii, Arno en version Tjens Matic et Angèle, par exemple, on note la présence du Liégeois Le Dé. Ou Ledé Markson, avec un D comme dans Damien… Début 2017, celui-ci se manifestait avec l’album "Napalm", sur lequel il ne se contente pas de rapper mais où il assure aussi la moitié des productions musicales. C’est qu’il fait plutôt partie des touche-à-tout. "Quand on dit Le Dé, nous expliquait à l’époque celui qui apprécie la richesse d’écriture d’un Damso, les gens pensent d’abord au rap, pas encore assez aux instrus." Au-delà, il assure: "Tout le monde peut faire du rap. Le rap est une manière de s’exprimer."