Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Le rewilding: bien plus qu'un simple concept artistique

Source: Unsplash

Les Sky Gardens à Singapour et le Bosco Verticale à Milan démontrent que, d’un point de vue architectural, il est parfaitement possible de construire des immeubles à appartements avec un jardin à chaque étage. En Belgique aussi, les promoteurs immobiliers “végétalisent” de plus en plus leurs projets résidentiels. “Le rewilding, c’est-à-dire le retour de la nature dans les immeubles à appartements, est bien plus qu’un simple concept artistique ou une énième tendance.”

Pour répondre aux nouvelles normes de construction écologiques et aux exigences de durabilité telles que la certification BREEAM, les promoteurs devront miser plus encore sur le “verdissement” des bâtiments, tranche Olivier Carrette, administrateur délégué de l’UPSI-BVS, l’Union professionnelle du secteur immobilier. “Les jardins en toiture ou en façade constituent de précieux alliés. Le rewilding des immeubles à appartements est bien plus qu’un simple concept artistique ou une nouvelle tendance!” Et ce n’est pas tout: l’UPSI-BVS s’attend à ce que, dans un avenir proche, chaque toit plat soit obligé d’accueillir au minimum un espace vert. Les avantages écologiques et sociétaux de ces dispositifs sont légion, peut-on entendre.

Poumon vert

Les jardins en toiture et en façade améliorent la qualité de la vie dans nos villes. D’une part, ils refroidissent l’atmosphère, car les végétaux apportent de l’ombre, réduisent la réverbération et absorbent la chaleur. D’autre part, ils jouent le rôle de véritables poumons pour les villes, car ils absorbent et filtrent les particules fines, ajoute John Kinnen, CEO d’Ecoworks, le pionnier belge des jardins en toiture et en façade. “La qualité de l’air est très mauvaise dans la plupart des villes. La forte densité de hauts bâtiments empêche l’air de circuler, ce qui piège la pollution.”

“Le verdissement de nos villes par le truchement des bâtiments leur apporte de l’oxygène, au sens propre comme au figuré”
John Kinnen
CEO d’Ecoworks

Certaines études prédisent que, d’ici à 30 ans, 40% du territoire belge sera construit. “Si l’on tient compte des 20% de surface asphaltée, on comprend vite qu’il faut agir”, poursuit John Kinnen. “Le verdissement par le truchement des bâtiments apporte de l’oxygène aux villes, au sens propre comme au figuré.” Pour Ecoworks, on ne se limitera bientôt plus à construire des jardins: ce seront de véritables parcs urbains qui feront leur apparition sur les toits. “Le rewilding via les façades et la toiture crée des liens entre les résidents. Il engendre un nouveau type de lieu de rencontre.”

Meilleure isolation acoustique

Ces bâtiments offrent par ailleurs des avantages techniques et commerciaux certains. Les jardins en toiture et en façade améliorent l’isolation acoustique des bâtiments. “Ils diminuent la pollution sonore d’une dizaine de décibels”, poursuit Olivier Carrette. “Pendant l’hiver, la température à l’intérieur des bâtiments est un peu plus élevée, et pendant l’été, c’est le contraire, ce qui allège quelque peu le recours à la climatisation. Les jardins en toiture accroissent également le rendement des panneaux solaires, étant donné qu’ils abaissent la température du toit et permettent ainsi aux cellules photovoltaïques de fonctionner de manière optimale. Autre avantage: la durée de vie des toitures peut être doublée.”

“Le rewilding, c’est-à-dire le retour de la nature dans les appartements, est commercialement intéressant”
Olivier Carrette
administrateur délégué de l’UPSI-BVS

Last but not least, les jardins en toiture et en façade augmentent la valeur du bâtiment, souligne Olivier Carrette. “La plupart du temps, ces appartements trouvent plus rapidement acquéreurs. Le rewilding dans les immeubles à appartements est donc aussi commercialement intéressant.”

Bosco Verticale à Milan - Source: Unsplash

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.