Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Redonnez de l'oxygène à votre portefeuille en combinant différentes techniques

©DOC

Le Belge moyen se montre plutôt défensif en matière d’investissements. En faisant preuve d'un excès de prudence, il passe à côté de belles opportunités. La combinaison de différentes techniques de gestion permet pourtant de réunir le meilleur de trois mondes: rendement, flexibilité et maîtrise des risques.

De nombreux investisseurs défensifs ont connu leur "petit âge" d’or. “Un effet secondaire de la politique de la Banque centrale européenne, qui maintient artificiellement les taux bas pour relancer l’économie”, observe Dirk Thiels, stratégiste en chef chez KBC Asset Management. “Ces baisses de taux ont nettement accru la valeur des obligations.” La valeur actuelle d’une obligation s’exprime dans le prix qu’obtiendrait le propriétaire s’il la vendait aujourd’hui. Et les acheteurs sont prêts à payer très cher une obligation assortie d’un coupon annuel de 4%, alors que le taux d’une assurance- vie ne dépasse pas 2%.

Cette période faste touche cependant à son terme. “Les taux ne resteront pas très longtemps à leur niveau actuel, nous le constatons aux États-Unis où la Réserve fédérale a mené une politique similaire. Et la moindre hausse des taux entraînera automatiquement une diminution sensible de la valeur des obligations.”

Publicité

Les investisseurs, et principalement les moins audacieux, sont donc confrontés à un défi: ceux qui recherchent un rendement à long terme devraient investir de manière un peu plus dynamique.

SURVEILLANCE DU COURS PLANCHER: AVEC PARCIMONIE

Une solution réside dans les produits assortis d’une surveillance du cours plancher. Les investisseurs peuvent ainsi investir dans des fonds mixtes avec un parachute. Lorsque le marché perd de la vitesse, ce modèle de gestion émet un signal indiquant qu'il est préférable d’investir plus prudemment. Les investissements assortis d’un risque plus élevé (tels que les actions et l’immobilier) sont convertis en investissements moins risqués (liquidités).

“Pour démontrer l’importance de la  combinaison de plusieurs techniques  de gestion, nous comparons souvent  le portefeuille moyen à une équipe  de football. L’objectif d’une équipe  de foot est toujours de gagner, de la  même manière que les investisseurs  espèrent obtenir un bon rendement.  Mais à l’instar d’une équipe de foot,  un portefeuille ne peut marquer de  buts que s’il se fonde sur une bonne  combinaison. L’investisseur a besoin  d’attaquants qui osent prendre des  risques – c'est notre stratégie ouverte.  Et comme il préfère ne pas  encaisser, il faudra également qu’il  soigne sa défense. C’est la surveillance  du cours plancher.

Notre stratégie  flexible est le milieu de terrain: il  opère rapidement la transition d’un  camp à l’autre, en fonction de l’évolution  du marché. Le milieu de terrain  joue plus défensivement lorsque  la situation se détériore, mais il peut  aussi attaquer si l’occasion se présente.  Chaque investisseur met l'accent  sur la dimension qui lui correspond  le mieux. L’un adoptera une  tactique plus défensive, l’autre se  fera un peu plus offensif. Mais  comme au football, trois types de  joueurs sont nécessaires: des défenseurs  de qualité, des attaquants  dotés d’une bonne vision et un  milieu de terrain flexible.

“L’investisseur a besoin d’attaquants qui osent prendre des risques – c'est notre stratégie ouverte”
Debby Quaeyhaegens, gestionnaire de portefeuille chez KBC  




“La surveillance du cours plancher est utile, elle a par exemple très bien fonctionné en 2008”, reconnaît Dirk Thiels. “Pour autant, il n’est pas conseillé d’intégrer trop de produits à surveillance du cours plancher dans un portefeuille. Le système déclenche rapidement un réflexe défensif, même s’il apparaît a posteriori qu'il n’était pas nécessaire. À plus forte raison sur un marché d’actions volatil, il empêchera souvent les investisseurs d’exploiter des opportunités de croissance.” En outre, il faut garder à l’esprit que la surveillance du cours plancher est uniquement un objectif et n’offre bien entendu aucune garantie.

PLUSIEURS TECHNIQUES

“Les investisseurs qui souhaitent combiner au mieux rendement, maîtrise des risques et flexibilité doivent recourir à plusieurs techniques de gestion”, souligne Dirk Thiels. “Une stratégie ouverte, une stratégie fondée sur le momentum et une surveillance du cours plancher.”

La stratégie ouverte est la technique de gestion la plus classique. Via un processus discipliné, des spécialistes analysent chaque mois les évolutions économiques et financières, la valorisation des produits et les perspectives de régions, secteurs et thématiques spécifiques. Ces informations sont transposées dans une stratégie d’investissement que vous pouvez suivre en investissant dans un fonds stratégique à gestion active. Cette technique de gestion a certes prouvé son bien-fondé par le passé, mais les experts eux-mêmes ne peuvent pas tout prévoir. C’est pourquoi KBC propose également une stratégie basée sur le momentum avec ses fonds très flexibles. Cette technique automatisée fait appel à des modèles mathématiques pour réagir rapidement aux tendances de marché. Les actifs performants sont rachetés, ceux qui le sont moins sont vendus.

Les investisseurs qui combinent ces deux techniques à la surveillance du cours plancher sont parés pour tous les scénarios imaginables. Dans un marché sans extrêmes, c’est surtout la stratégie ouverte qui s’avère efficace. Sur fond de tendance claire, vous pouvez profiter des opportunités générées par la stratégie de momentum. Et en cas de coup dur, la surveillance du cours plancher, qui n’offre pas une garantie complète, constitue un airbag qui amortit efficacement le choc. “La règle d’or de l’investissement reste la diversification”, conclut Dirk Thiels. “Non seulement entre les actifs, les régions, les thèmes et les secteurs, mais aussi entre plusieurs techniques de gestion.

©KBC

UN COEUR DE TROIS COMPOSANTES

Comment les investisseurs peuvent-ils combiner ces trois techniques de gestion dans la pratique? “Nous proposons plusieurs produits pour chaque technique de gestion, en fonction des profils de risque du client”, reprend Debby Quaeyhaegens, gestionnaire de portefeuille chez KBC – elle constitue à ce titre le maillon entre la division Asset Management et le réseau d’agences.

Chez KBC, le client qui souhaite investir se voit proposer une approche personnalisée. “Nous commençons toujours par constituer un matelas, adapté à la situation et aux projets concrets du client”, détaille Debby Quaeyhaegens. “C’est de l’argent cash, par exemple sous la forme d’un compte d’épargne auquel le client peut toujours accéder.”

La majeure partie du portefeuille, autrement dit l’argent dont le client peut se passer un peu plus longtemps, est investie dans des produits à gestion active. “Ces investissements font l’objet d’un suivi constant de nos experts. Le client n’a aucun souci.” Ce “coeur” du portefeuille se compose de trois composantes fondamentales, basées sur les trois techniques de gestion. “Une partie de l’argent est investie dans des fonds ouverts qui suivent la stratégie de placement de KBC, une autre dans des fonds appliquant une stratégie de momentum, et la dernière dans des fonds avec surveillance du cours plancher”, poursuit Debby Quaeyhaegens. “Nous appliquons une répartition indicative de 60% de surveillance du cours plancher, de 20% de fonds ouverts et de 20% de fonds flexibles: compartiments qui accompagnent la tendance du marché. Les proportions exactes diffèrent néanmoins selon le client. Ainsi l’investisseur dynamique qui investit à long terme aura-t-il un peu moins de produits à surveillance de cours plancher en portefeuille.”

Au-delà de ce noyau, les clients qui le désirent peuvent encore investir une partie de leur portefeuille en fonction de certains thèmes ou en plaçant des accents particuliers sur certains éléments.

“Investir malin, c’est diversifier. Non seulement entre plusieurs actifs, régions, thèmes et secteurs, mais aussi entre plusieurs techniques de gestion.”

Dirk Thiels
Stratégiste en chef chez KBC Asset Management

APPROCHE CORRECTE

“Une grand nombre de nos clients sont très prudents, ce qui les conduit parfois à s’enfermer dans une technique unique", déplore Debby Quaeyhaegens. "Ils misent tout sur la surveillance du cours plancher, alors qu’ils pourraient très bien investir de manière plus dynamique sans prendre plus de risques, et bien entendu dans le respect de leur profil de risque.” La surveillance du cours plancher, par exemple, n’a guère de sens pour les investisseurs à long terme, parfaitement capables de retrouver leur valeur après un creux. “Nous voulons aider nos clients à obtenir un rendement optimal, c’est pourquoi nous leur expliquons ce point de vue.”

“L’approche basée sur le portefeuille, c’est la grande force de KBC”, conclut Debby Quaeyhaegens. “De nombreuses banques appliquent une approche basée sur les risques. De ce fait, le client défensif se voit par définition proposer un investissement défensif, et dans les conditions de marché actuelles, il manquera de nombreuses opportunités de croissance. Les investisseurs défensifs qui combinent plusieurs techniques de gestion ont également accès à des produits dynamiques, sans pour autant perdre de vue la maîtrise des risques. Une manière de redonner de l’oxygène à leur portefeuille.”

1. Un investissement équilibré  grâce à la stratégie ouverte 
Ici, tout tourne autour d’une stratégie d’investissement solidement  étayée, définie chaque mois par des spécialistes, au terme d’un processus structuré. Cette stratégie tient  compte des évolutions économiques et financières en  temps réel, de la répartition optimale entre les formes de  placement et des perspectives de régions, secteurs et thématiques  spécifiques. Les fonds stratégiques de KBC peuvent  se prévaloir d’excellentes performances historiques et  obtiennent de bons résultats dans un marché sans extrêmes.  Bien sûr, les résultats obtenus par le passé n’offrent  aucune garantie pour l’avenir.    

2. Un parachute en cas de problème grâce à  la surveillance du cours plancher 
Même les meilleurs fonds stratégiques perdent de leur valeur  en cas de baisse du marché. Les produits assortis d’une surveillance  du cours plancher suivent la stratégie de placement  de KBC, et sont en outre réorientés par un modèle mathématique  qui surveille les cours plancher. En période de marchés  baissiers, les investissements à risque sont automatiquement  convertis en investissements moins risqués. Cette technique  apporte davantage de sérénité mais a un impact négatif sur  les rendements pendant les années boursières normales.   

3. Réagir de manière flexible aux tendances  grâce à la stratégie de momentum 
La technique flexible (ou stratégie basée sur le momentum)  est un modèle de gestion qui surfe sur les tendances de  marché et apporte automatiquement les corrections nécessaires.  Ainsi, la répartition du fonds est adaptée en continu  aux évolutions du marché. Si la stratégie d’investissement  intervient toujours, le poids des actions et des obligations  est déterminé par les formules du modèle. Cette technique  est plus efficace lorsque le marché suit une tendance claire.             

 

Lire également
Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.