Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'analyse faciale rend les voitures plus sûres

Sidharta Gautama, i-KNOW ©DOC

Au sein de l’Union européenne, les systèmes d’alerte en cas de baisse de vigilance ou de distraction de l’automobiliste seront bientôt obligatoires dans tous les nouveaux véhicules, qu’il s’agisse de voitures, de camionnettes, de camions ou de bus. L’analyse de visage deviendra notre copilote.

À partir de 2022, tous les nouveaux véhicules vendus dans l’UE devront disposer de 30 technologies de sécurité. Celles-ci font partie des nouvelles technologies grâce auxquelles la Commission européenne entend réduire le nombre de victimes d’accidents de la route. Deux d’entre elles s’appuient en partie sur l’analyse faciale: une alerte de vigilance en cas de somnolence et une alerte de distraction pour ramener l’attention du conducteur sur le trafic, pointe Tinne Tuytelaars, professeure d’imagerie numérique à la KU Leuven. “Les mouvements des yeux du conducteur sont contrôlés en permanence. La haute résolution de ces caméras embarquées permet de détecter s’il s’assoupit.” Le contrôle de l’attention est plus subjectif: “Pour l’instant, aucun système doté de l’IA n’est capable de faire la distinction entre une personne qui regarde devant elle de manière concentrée et un individu qui pense tout à fait à autre chose.”

Camions et airbags

Certains camions sont déjà équipés de systèmes de sécurité similaires, ajoute Mario Torres, CEO d’IVEX, qui développe dans le cadre de Start it@KBC des algorithmes destinés à rendre les voitures autonomes plus sûres. “Le secteur du transport routier joue quelque peu les pionniers dans ce cadre. La plupart du temps, il s’agit de produits aftermarket, c’est-à-dire installés après l’achat du véhicule. Dans les années à venir, un nombre croissant de constructeurs intégreront directement ces systèmes dans les véhicules neufs.”

Pour l’instant, aucun système doté de l’IA n’est capable de faire la distinction entre une personne qui regarde devant elle de manière concentrée et un individu qui pense tout à fait à autre chose.
Tinne Tuytelaars
KU Leuven

L’analyse faciale peut aussi améliorer la sécurité des airbags, souligne le professeur Sidharta Gautama qui, en tant que responsable du centre d’innovation i-KNOW de l’Université de Gand, a participé au développement de cette technologie. “En cas d’accident, les caméras détectent quasiment en temps réel l’endroit précis où les passagers sont assis et quelle distance sépare leur visage de l’airbag. Il est alors possible d’adapter la puissance du clapet d’ouverture. Cela réduit les risques de blessure, par exemple lorsqu’un passager est très proche du tableau de bord.”

Analyse de l’environnement

Dans un avenir proche, l’analyse faciale offrira peut-être beaucoup plus de possibilités à l’extérieur de la voiture, reprend Tinne Tuytelaars. “Notamment pour vérifier la direction du regard des piétons et des cyclistes qui traversent la rue, afin de s’assurer qu’ils ont remarqué la voiture en approche.” La sécurité augmente encore lorsque cette technologie est combinée avec des carrefours intelligents ou avec l’infrastructure sur les terrains d’entreprise. “Des caméras installées aux passages pour piétons et pour vélos, ainsi qu’aux zones de déchargement et de chargement, envoient des informations sur la circulation aux voitures et camions en approche à plusieurs centaines de mètres de distance. L’IA du véhicule sait à l’avance combien d’usagers de la route sont présents et comment ils se déplacent. Avec la possibilité d’anticiper.”

L’analyse faciale dans les voitures autonomes

Lorsque nous désactivons entièrement ou temporairement l’élément humain – qui est responsable de la plupart des accidents – et que nous le remplaçons par l’IA, le trafic devient plus sûr, affirme Quentin de Clercq, COO d’IVEX. “Dans un véhicule semi-autonome, l’autopilote peut se baser sur l’analyse de visage pour déterminer si la restitution du contrôle du véhicule au conducteur humain peut se faire sans danger.”

L’analyse faciale peut aussi améliorer la sécurité des airbags.
Sidharta Gautama
i-KNOW

L’analyse de visage peut par ailleurs améliorer l’interaction entre les passagers et l’IA, complète Tinne Tuytelaars. “Les voitures autonomes seront en partie actionnées par des commandes vocales. En combinant la reconnaissance vocale avec une caméra qui analyse les expressions du visage et les émotions du ’chauffeur’, la précision de l’interprétation de la reconnaissance vocale s’améliorera. Et la voiture ou l’utilitaire pourra réagir aux endroits vers lesquels le passager regarde, sur le mode: ‘Dépose-moi là.’”

Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.