Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une flotte plus "verte" et plus flexible

©Emy Elleboog

Les flottes plus respectueuses de l’environnement sont de plus en plus appréciés et l’opération semble même neutre du point de vue des coûts. Malgré l’arrivée de formules alternatives dans les sociétés de leasing, ce n’est pas encore gagné.

Grontmij, le bureau d’études spécialisé dans le transport, la mobilité, les bâtiments, l’industrie, l’eau et l’énergie, compte environ 300 voitures de société pour 800 collaborateurs répartis sur 9 sites dans toute la Belgique. "À partir du niveau de chef de projet adjoint, tous les collaborateurs ont besoin d’une voiture de société. Les collaborateurs dont les déplacements sont moins fréquents se voient rembourser leurs frais de transport en commun. Chaque bureau dispose d’au moins une voiture de société. Après plusieurs fusions, nous avons aligné la gestion de la flotte en 2005."

Peter Van Hoegaerden, directeur transport et mobilité chez Grontmij poursuit: "Depuis quatre ans, nous nous basons sur un prix total de possession qui combine la valeur d’achat aux émissions de CO2 et à la consommation de carburant. Nous avons intégré davantage d’options respectueuses de l’environnement et nous avons réduit le nombre de marques à trois. Les moteurs plus polluants sont bannis: nous abaissons chaque année notre plafond en matière d’émissions de CO2 pour atteindre une moyenne de 108 g/km."

Grontmij encourage ses collaborateurs à adopter les transports en commun pour leurs déplacements professionnels et privés. "Le kilomètre le moins polluant d’une voiture reste celui qui n’est pas parcouru."

Plus "vert", sans impact

Cette politique porte ses fruits. "Le nombre de kilomètres parcourus a baissé, mais nos dépenses en transports en commun ont augmenté. Heureusement, cette hausse est compensée par les économies réalisées sur les émissions de CO2 et la consommation de carburant", constate Peter Van Hoegaerden. Le coût total pour l’entreprise évolue dans le bon sens. "En nous concentrant sur trois marques de voitures, nous avons pu obtenir des conditions plus avantageuses. D’autant plus que nous n’acceptons plus que des petites cylindrées dans notre flotte."

Pour Van Hoegaerden, c’est important que les collaborateurs tiennent de plus en plus compte de l’environnement en matière de déplacements. "Avant, on disait que la direction imposait cette politique pour faire des économies. Cette critique n’est plus formulée aujourd’hui. Pour ceux qui ne choisissent pas de voiture de société, nous avons élaboré une formule qui compense la perte de l’avantage à 100%. Le coût pour l’entreprise est identique. Une dizaine de collaborateurs ont déjà choisi cette option."

Souplesse et simplicité

Pour promouvoir les transports en commun, Grontmij a mis sur pied un système rapide et simple de commande de billets de train depuis l’entreprise en collaboration avec la SNCB. "Le collaborateur ne doit pas avancer le montant, ni introduire de note de frais. Tous nos bureaux sont à proximité d’une gare. Pour Grontmij, cela représente des coûts supplémentaires, mais l’entreprise a fait ce choix. Notre CEO et moi-même donnons l’exemple en prenant le train."

©Emy Elleboog

Les différents éléments du dossier transport sont regroupés dans un Flex Income Plan, une sorte de caddie dans lequel chaque collaborateur peut visualiser ses possibilités de transport selon son salaire brut et les avantages auxquels il a droit. "Nous y avons intégré depuis peu le leasing de vélo, disponible pour tous les collaborateurs, ainsi qu’une indemnité Internet pour éviter les déplacements. Chacun peut se connecter au réseau de l’entreprise à partir de son domicile."

Peter Van Hoegaerden espère pouvoir promouvoir encore plus les transports en commun. "Il faudrait un abonnement général, valable pour tous les moyens de transport. Nous avons aujourd’hui également reçu nos premières voitures électriques et nous commençons à promouvoir les hybrides. Hélas, la Belgique ne dispose pas d’un réseau suffisamment uniforme et dense de bornes de chargement et les citadins qui ne disposent ni d’une allée, ni d’un garage ne peuvent pas installer leurs points de rechargement. Il faudra encore plusieurs années avant que les voitures électriques percent réellement chez nous. D’autre part, nous revoyons notre politique de flotte afin que ceux qui ont une petite voiture en leasing puissent disposer d’une familial pour leurs vacances."

Leasing novateur

Athlon Car Lease a remporté un prix international pour ses formules de leasing écologique. "Les automobilistes ont tendance à choisir leur voiture en fonction d’un usage exceptionnel, par exemple un monovolume pour partir deux ou trois fois par an en vacances avec toute la famille et beaucoup de bagages. Nous voulons changer ce mode de réflexion. La Flex Drive met à disposition une petite voiture adaptée à l’usage au quotidien. Avec les économies réalisées, l’utilisateur peut choisir un véhicule plus amusant ou plus grand pour des occasions spéciales, comme un cabriolet en été, une camionnette pour un déménagement ou un break pour les vacances en famille. Outre les véhicules électriques classiques, nous proposons des solutions de transport en commun et des vélos en leasing. Les vélos électriques, surtout, suscitent un intérêt croissant", explique Pieter Goossens, marketing manager .

Depuis 2008, Electrabel applique un programme destiné à réduire les émissions de CO2 de sa flotte. Le budget voitures est devenu un budget mobilité, avec d’autres moyens de transport comme le vélo électrique en alternative à la voiture. En 2010, le quartier général a déménagé dans un nouveau bâtiment à proximité de la Gare du Nord. "Cette situation, très bien desservie par les transports en commun, a été choisie pour limiter les déplacements et les véhicules", explique la porte-parole d’Electrabel, Geetha Keyaert. L’urbanisme a imposé un maximum de 370 places de stationnement pour 3.000 collaborateurs. L’entreprise a transformé cette contrainte en bienfait. "Ceux qui n’ont pas besoin d’une place de stationnement se voient offrir des possibilités supplémentaires en matière de mobilité alternative. Chaque année, le collaborateur indique dans une application en ligne comment il veut se déplacer. Plus la voiture est respectueuse de l’environnement, plus son budget augmente. La limite en matière d’émissions de CO2 est fixée à 145 g/km. Electrabel ristourne l’avantage fiscal aux collaborateurs", explique Geetha Keyaert. "Dans les centrales nucléaires de Doel et de Tihange, nous faisons la promotion du vélo électrique ou traditionnel, ainsi que du covoiturage."

Les résultats furent rapides. "Le kilométrage moyen est retombé de 31.000 km par an en 2010 à 28.500 km en 2014. En 2010, 70% des collaborateurs prenaient la voiture pour aller travailler à Bruxelles; en 2014, ils sont 75 % à utiliser les transports en commun alors que notre objectif initial était de 65 %. Les émissions moyennes de CO2 ont baissé de 143 g/km à 124 g/km en 2014", résume Geetha Keyaert.

"Bientôt, les collaborateurs en poste à Anvers et à Gand travailleront sur de nouveaux sites, également à proximité d’une gare. Depuis 2014, nos collaborateurs peuvent aussi demander des voitures électriques en leasing. Pour les y encourager, nous installons une borne de chargement CarPlug à leur domicile, leurs frais d’électricité sont remboursés par notes de frais et ils peuvent disposer d’une plus grande voiture pour leurs vacances."

Selon Geetha Keyaert, cette politique n’a aucun impact sur les coûts grâce aux avantages fiscaux et aux économies de carburant. "Les mentalités évoluent et c’est ça le plus important. Les jeunes, qui préfèrent habiter en ville et à proximité de leur lieu de travail, sont pour la mobilité “verte”."

Plusieurs facteurs incitent les gestionnaires de flotte à faire ce choix. "Dans les multinationales, les filiales se sentent obligées de confronter leur responsabilité sociale aux performances des autres membres du groupe. Les filiales belges ont des flottes relativement importantes et, par conséquent, des frais de leasing élevés. Mais le client évolue aussi: de plus en plus de jeunes ne passent pas leur permis de conduire ou habitent en ville. Jusqu’à présent, ils n’avaient rien en échange de l’avantage auquel ils renonçaient. On constate une baisse du nombre de voitures et une préférence pour les voitures moins chères. Les entreprises sont de plus en plus conscientes du prix de revient qui augmente avec les années."

Parmi tous ces facteurs, le plus puissant reste la pression du client interne en faveur d’une mobilité alternative, selon Pieter Goossens: "C’est dû au fait qu’en période de conjoncture difficile, les entreprises cherchent à réduire les extras accordés en plus du salaire. Cette tendance pourrait s’inverser en cas de redémarrage du marché de l’emploi, mais les entreprises sont aujourd’hui à l’écoute de ceux qui ne veulent plus être bloqués dans les embouteillages. C’est pour ça que l’emplacement du lieu de travail est crucial. Si le bureau n’est pas situé à proximité d’une gare, un abonnement de train suscitera peu d’enthousiasme. Et personne ne voudra prendre un vélo si l’environnement n’est pas propice aux deux-roues."

Cependant, Pieter Goossens voit les flottes changer: "Bien qu’elles représentent toujours moins de 5 % du marché du leasing, les formules alternatives accusent une forte croissance. Celle-ci pourrait être plus rapide encore si la fiscalité n’était pas aussi complexe: seules les plus grandes entreprises qui disposent de ressources suffisantes peuvent surmonter les obstacles du transport alternatif. Cependant, de plus en plus de PME souhaitent également privilégier des solutions plus écologiques et plus intelligentes."

Pourtant, la voiture de société classique reste demandée. "Une voiture est une solution personnalisée. Si l’on travaille avec différents modes de transport, il faut faire du sur-mesure. Le leasing devra gagner en souplesse dans différents domaines et, par exemple, sortir de son cycle de contrats de quatre ans. Nous avons lancé Rent&Roll, un service entre leasing et location: vous disposez d’une voiture pendant une à deux années. C’est l'idéal pour un chef de projet, un expat, un collaborateur en fin de carrière, etc. La flexibilité est plus que jamais à l’ordre du jour, y compris en matière de gestion de flotte et de leasing." Box26

 

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.