Rock

©doc

The Divine Comedy - "Office Politics"

Pias

NNNNn

Dans le circuit depuis près de 30 ans, Neil Hannon ne semble montrer aucun signe de fatigue ou de lassitude. Après un "Foreverland" très Belle Époque dans la pochette et le propos, le voici qui, dans un album très prolixe et varié, semble se plonger avec délectation dans les années 60 - les Beatles d'"Obladi Oblada" pour "Norman and Norma" notamment -, mais surtout évoque les eighties. "Office politics" rappelle Propaganda et The Art of Noize voire Grandmaster Flash pour le rap des couplets, "Dark days are here again" Jona Lewie, et l'on pense au Heaven 17 de "Let me go" sur "The life and soul of the party". De-ci de-là, bien sûr, des chansons plus lentes et mélancoliquement orchestrées, marque de fabrique de Hannon ("Feather in your cap"). Reste que c'est le mot machine ("Infernal machines") au sens synthétiseur vintage qui revient sur cet album virevoltant, Neil s'amusant comme un petit fou dans des compositions telles que le très Thomas Dolby "Psychological evaluation", sur lequel il cite d'ailleurs... Heaven 17 et Dolby comme influence musicale. Nostalgie. B.R.

En concert le 27/10 au Cirque Royal.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect