Chez ING, un peu plus de la moitié des "55+" a demandé à partir

©Hollandse Hoogte / Peter Hilz

Il y a un an, ING Belgique déclenchait un tsunami social en annonçant la suppression de plus de 3.000 emplois d’ici 2021. Un job sur trois. Pour y parvenir, la banque a notamment négocié avec les syndicats un plan de départs anticipés proposé à tous les employés âgés de 55 ans ou plus et comptant 10 ans d’ancienneté au minimum. Soit 1.500 personnes.

Un an après l’annonce de la restructuration d'ING Belgique, "environ 55%" de ces 1.500 personnes ont rentré leur dossier en demandant à partir, nous indique la banque. ING s’en tient actuellement à cette estimation car des dossiers rentrent encore chaque jour auprès du département ressources humaines.

Ce nombre évoluera encore à la hausse car, le redéploiement se faisant par vagues, une partie des "55 +" a encore du temps pour prendre sa décision.

Pour rappel, la banque propose à ces "anciens" une suspension des prestations, une allocation mensuelle entre 60 et 80% du salaire (selon le niveau de rémunération) jusqu’à l’âge de la pension légale (conservée même si un nouvel emploi est trouvé) et le maintien des cotisations pour la pension complémentaire.

La banque a décidé de financer elle-même ces départs, sans recourir aux mécanismes publics de fin de carrière.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect