chronique

Comment tenir le coût?

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

Vous savez à qui j’ai pensé hier? À Carlos Ghosn. Je ne l’appréciais pas fort jusqu’ici, mais comme j’ai maintenant saisi que le plan de déconfinement général était aussi flou qu’une commande de masques de Super Maggie, je commence à mieux comprendre l’envie irrésistible qu’a eu Carlos de fuguer, même dans un flight case!

Hum… Je sais, s’identifier à un fraudeur notoire est un symptôme de mauvaise santé mentale. J’ai failli pourtant avoir mon moral aussi haut que celui des gérants de " Outils et Jardins ". En rangeant, je suis tombé sur ce livre soutenant une armoire bancale: "Ta deuxième vie commence quand tu te rends compte que tu n’en as qu’une." J’y ai vu un signe! Pas un signe noir. C’est LE livre à lire en ces temps de basculement vers l’inconnu! Hum… Je vous l’affirme: ma troisième vie a commencé au moment où j’ai arrêté de lire "Ta deuxième vie commence blablabla…"!

J’ai le même âge que notre Roi. Le pauvre! Avoir 60 ans et ne pas pouvoir souffler sur ses propres bougies. Ben non! Essayez de souffler avec un masque!

Les règles proposées afin d’être plus heureux? Ranger sa maison, se coucher en se disant trois choses chouettes de la journée, sourire en s’endormant et chaque matin, dire dans la glace: "Je suis beau! J’aime mon corps." Pourquoi lire ce bouquin alors qu’avec deux joints, on obtient le même résultat. Sauf pour le rangement, ok. Puisque je vous confine…heu! Confie mes affres, j’ajoute que je dors mal et fais des cauchemars comme la nuit dernièreJ’étais dans ma loge, juste avant le spectacle. Mon régisseur accourt: "Bruno, le public rentre!" Enthousiaste, je réponds: "Ah! Ils sont nombreux?" "Ils rentrent… chez eux", lâcha-t-il! Dégoulinant de sueur, je me suis vu sans public, sans salle, sans festival! Comment tenir le coût? Je dois penser à ma reconversion!

Très vite, j’ai eu l’idée de génie: devenir "mule!" Oui, mule, transporteur de sachets de drogues. C’est que je peux en enfiler beaucoup dans mon long colon. Mon proctologue me l’a dit lors de ma dernière visite " Votre Oncle Ben’s est beau et long! "  Il donne un nom au colon de chacun de ses patients et Oncle Ben’s, c’est parce que le mien, il ne colle jamais. En fait, en tant que mule, je pourrais fournir tout le cartel de Medellin en faisant la navette Bruxelles-Bogota-Bogota-Bruxelles, toujours en "transit" quoi! Transit au carré. Hum… Carlos Ghosn, un cartel de dealers, j’ai déjà basculé vers l’inconnu.

Attention! Je ne me laisse pas aller, je m’autoévalue chaque soir! Sur la feuille à carreaux collée au frigo, je dessine mon taux de "dépressivité ", un graphique façon Marius Gilbert avec une courbe en noir comptabilisant le nombre de fois où, durant la journée, j’ai eu de la suie dans les idées et une courbe en vert reprenant le nombre d’instants de bonheur (blagounette sur le net, sieste au soleil, bon polar). Après la pandémie, je pourrai estimer si mon moral finira ou non aux soins intensifs. 

Et dire que j’ai mon annif dans deux mois, ça va être d’un festif! J’ai le même âge que notre Roi Flupke. Le pauvre! Avoir 60 ans et ne pas pouvoir souffler sur ses propres bougies. Ben non! Essayez de souffler avec un masque! Bon annif’ quand même, Majesté! 

Lire également