Grève Carrefour: la direction ne comprend par l'agenda des syndicats

©BELGA

Huit magasins du groupe Carrefour sont en grève ce vendredi. "Nous ne comprenons donc pas pourquoi les syndicats veulent empêcher les clients de ces huit magasins de faire leurs courses", déplore la direction.

"Depuis l'annonce du plan de transformation en janvier, nous avons mené sept conseils d'entreprise extraordinaires, six réunions locales de consultation et nous avons répondu par écrit à 475 questions des partenaires sociaux. La direction met toujours un point d'honneur à agir en toute transparence et les réunions sont constructives. Nous ne comprenons donc pas pourquoi les syndicats veulent empêcher les clients de ces huit magasins de faire leurs courses", a commenté la direction du groupe Carrefour.

Huit hypermarchés sont en grève ce vendredi, à la veille d’un long week-end de Pâques. Sont concernés :

  • Les magasins d’An
  • Belle-Île (Angleur)
  • Bomerée
  • Boncelles
  • Fléron
  • Herstal
  • Flémalle
  • Genk

La direction du groupe dit "avoir de la compréhension pour la réaction émotionnelle des travailleurs des hypermarchés de Belle-Ile et de Genk (qui vont fermer, NDLR) mais ne comprend pas l'agenda des syndicats et ne peut accepter les actions des syndicats dans les autres magasins".

Les travailleurs, eux, soulignent que ce mouvement fait suite à la décision des travailleurs de l’hyper de Belle-Île d’effectuer deux jours de grève, vendredi et samedi.

Pour le front commun syndical, la direction de Carrefour n'apporte aucune réponse à ses questions. Il déplore "l'absence de discussion avec la société immobilière possédant les galeries où se trouvent les Carrefour menacés de fermeture et l'absence de vision efficiente concernant l'avenir de l'enseigne dans sa version intégrée en Belgique".

Retrouvez ici les détails du plan de restructuration de Carrefour en Belgique, dans lequel 1.233 emplois passent à la trappe.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content