Publicité

L'ONU refuse de reporter la COP26, malgré la pression des ONG

Le Climate Action Network cite "l'échec à soutenir l'accès aux vaccins à des milliers de personnes dans les pays pauvres" comme l'une des raisons pour reporter la COP 26. ©Photo News

L'ONU a rejeté la demande de report de la COP26 au printemps prochain. Les ONG climat faisaient pression pour permettre une conférence "équitable" et "accessible à tous".

L'ONU a refusé ce mardi de reporter la COP26. Face à la faible vaccination des pays pauvres contre le Covid-19, quelque 1.500 ONG avaient réclamé le report de la conférence climat de l'ONU. Elles estiment en effet "impossible" la tenue d'une réunion "juste et inclusive" à Glasgow en novembre.

"Une COP en personne début novembre exclurait de facto de nombreux délégués des gouvernements, militants de la société civile et journalistes, en particulier des pays du Sud."
Climate Action Network

Le Climate Action Network, qui regroupe notamment Greenpeace, WWF et Amnesty international, souligne "l'échec à soutenir l'accès aux vaccins à des milliers de personnes dans les pays pauvres", mais aussi les coûts des voyages et du logement. Les organisations évoquent, par ailleurs, l'incertitude de la situation sanitaire, à deux mois de la conférence.

"Une COP en personne début novembre exclurait de facto de nombreux délégués des gouvernements, militants de la société civile et journalistes, en particulier des pays du Sud dont beaucoup sont sur la "liste rouge" Covid du Royaume-Uni", assurent-elles dans un communiqué.

Pour autant, précise le groupe, "cet appel au report de la COP26 ne signifie en aucun cas un report des actions climatiques urgentes ni un boycott des discussions climat."

Lors du point-presse quotidien de l'ONU ce mardi, son porte-parole adjoint Farhan Haq a rejeté la demande des organisations. "Nous comprenons et respectons les préoccupations exprimées par divers groupes" mais "pour l'instant, aucun changement n'est prévu", a-t-il déclaré.

Le gouvernement britannique rassure

Fin juin, le gouvernement britannique, hôte de cette COP26, et l'ONU avaient annoncé qu'ils faciliteraient l'accès à la vaccination contre le Covid-19 pour les participants qui le souhaitaient. Mais cette vaccination n'a pas encore commencé.

Le président de la COP26, Alok Sharma, a assuré que tout le monde travaillait "sans relâche" pour permettre une réunion accessible à tous.

Le gouvernement britannique a néanmoins réagi ce mardi, assurant que tous ceux qui en avaient fait la demande recevraient leur première dose "cette semaine". Avec un délai de quatre semaines entre les deux doses, les délégués seraient ainsi vaccinés d'ici le début de la conférence.

"Le récent rapport du Giec met en évidence pourquoi la COP26 doit avoir lieu en novembre, pour permettre aux dirigeants mondiaux de s'unir et fixer des engagements décisifs pour s'attaquer au changement climatique", a commenté le président de la COP26, Alok Sharma. Il a assuré que tout le monde travaillait "sans relâche" pour permettre une réunion accessible à tous.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité