Le nouvel enjeu de la pollution digitale

©BELGA

Près de 11.000 jeunes ont marché hier dans les rues de Bruxelles en faveur du climat. Ces derniers sont de plus en plus concernés par la pollution digitale causée par les nouvelles technologies. Certains prennent des mesures, mais il y a encore du travail.

Près de 11.000 jeunes, toujours déterminés à peser dans la lutte contre le réchauffement climatique, ont défilé dans les rues de Bruxelles hier matin. Ces manifestations sont parfois moquées et leurs participants décrédibilisés par certains, dont Bart De Wever. Au début du mois, le président de la NV-A tweetait le message suivant: "Les jeunes manifestent contre leur propre style de vie", visant entre autres l’utilisation que font les jeunes des nouvelles technologies.

"On va passer de la 4G à la 5G qui consomme 5 fois plus. On va vers une véritable explosion."
Damien Ernst
Professeur à L'ULG

Au cœur de la manifestation, certains marcheurs sont conscients des effets nocifs de la pollution digitale. "Je suis assez conscient de l’empreinte écologique du numérique, mais à part pour les mails, je ne fais pas grand-chose. J’ai quand même un moteur de recherche alternatif", nous a expliqué Maxime, 22 ans. Quelques-uns, optant pour une solution plus radicale, ont décidé de se passer de leur smartphone.

Pollution invisible

©REUTERS

La pollution digitale pèse sur la problématique climatique. Selon un rapport du CNRS rendu public l’an dernier, la consommation électrique des nouvelles technologies représente 6 à 10% de la consommation mondiale. À cela, il faut ajouter l’énergie, nécessaire pour la production et la mise en place des infrastructures. Selon Damien Ernst, professeur à l’ULG, cette consommation est susceptible d’augmenter de 6 à 7% par an. Er il n’est guère plus optimiste pour l’avenir. "On se dirige vers une augmentation de la consommation d’énergie. On va passer de la 4G à la 5G qui consomme 5 fois plus. On va vers une véritable explosion."

Les data centers sont également dans l’œil du cyclone. Rassemblant des données venues du monde entier, ils sont constamment alimentés et refroidis. Pour cela, les géants du web se tournent en partie vers les énergies renouvelables, mais il y a encore des efforts à faire. Les centres sont équipés d’outils pour gérer les pics de consommation, mais ils ne sont pas désactivés pendant les heures creuses, déplore le CNRS.

Les internautes laissent également leur empreinte: un mail de 1 Mégaoctet consomme autant qu’une ampoule de 60 watts allumée 25 minutes, apprend-on encore à la lecture du rapport du CNRS. Chaque mail, chaque "like" et chaque tweet sont autant d’informations qui consomment.

Pour le climat

©REUTERS

Quelques trucs simples permettront d’apporter une petite pierre au combat mené en faveur du climat. Un bon point de départ porte sur le nettoyage des boîtes mail. Une des pistes consiste à s’attaquer aux spams via des filtres et aux newsletters jamais lues desquelles il convient de se désinscrire.

L’utilisation des favoris pour les sites permet aussi de réduire la demande en énergie: l’information voyage moins (pour une recherche normale, elle peut parcourir 15.000 kilomètres). Des moteurs de recherche alternatifs comme Ecosia ou Lilo sont également des alternatives sur lesquelles il conviendra de se pencher. Le streaming est également très énergivore, l’idéal étant de se procurer le contenu de façon permanente, surtout en ce qui concerne la musique.

Quant à la vidéo, une définition plus basse réduit l’impact environnemental. La 4G consommant plus que le wifi, l’idée est de limiter les connexions lors des déplacements, sachant qu’il est possible de trouver du wifi public dans les gares et les stations de métro.

Greta Thunberg à Bruxelles jeudi prochain

La Suédoise Greta Thunberg, devenue en quelques semaines une figure mondiale du militantisme pour le climat, se rendra à Bruxelles le 21 février pour soutenir les jeunes participants à la marche pour le climat, a annoncé le mouvement Youth for Climate. Anuna De Wever et Kyra Gantois se sont fortement inspirées de Greta Thunberg pour lancer le mouvement en Belgique. Le 21 février, 7e jeudi pour le climat, Anuna De Wever se rendra avec Greta pour la première fois au Parlement européen afin de prononcer un discours. Environ 11.000 jeunes ont marché jeudi matin dans les rues de Bruxelles pour le climat.

Lire également

Publicité
Publicité