Le MR d'Uccle se fracture suite à l'alliance avec Ecolo

On reproche à Boris Dilliès la faiblesse structurelle du MR au sein de la nouvelle coalition uccloise. ©Photo News

Avec quatre échevins, les verts seront trop puissants au sein du futur collège communal, estiment certains libéraux ucclois.

Alerte au MR d’Uccle. Difficile à ce stade de mesure l’ampleur du mécontentement mais mécontentement il y a bien dans l’équipe libérale. En cause, l’accord de la nouvelle majorité signé par le bourgmestre Boris Dilliès avec Ecolo et le cdH. Signé dans la nuit de dimanche à lundi, celui-ci prévoit quatre postes d’échevins écologistes pour trois au MR et un au cdH, le MR conservant le mayorat. Ecolo est trop bien payé estiment deux échevins sortants qui perdent leur fauteuil dans l’aventure.

Au-delà de cet enjeu très personnel, Eric Sax et Sophie François sont à la tête d’un mouvement d’humeur qui repose sur des craintes tout ce qu’il y a de rationnel. Avec trois échevins sur 8 au collège communal, le MR est minorisé, ce qui limite grandement son pouvoir de premier parti de la commune. Pareille configuration donne par ailleurs un pouvoir d’arbitrage jugé démesuré au cdH (passé de trois à deux sièges) qui pourra monnayer cher son soutien aux libéraux lors des discussions politiques qui animeront la majorité. Bref, on reproche à Boris Dilliès cette faiblesse structurelle du MR au sein de la nouvelle coalition. Les contestataires se demandent pourquoi le MR n’a pas plutôt opté pour une reconduction de la majorité sortante (MR, DéFI, cdH) quitte à faire revenir l’échevin dissident Marc Cools, fort de trois sièges, pour stabiliser le tout.

Du coup, le bourgmestre a dû rivaliser de pédagogie ces dernières heures pour expliquer dans quelles conditions il avait dû négocier avec Thibaud Wyngaard, la tête de liste Ecolo. "Dilliès avait le révolver sur la tempe, c’était ça ou l’opposition", témoigne un Ucclois. En effet, la tête de liste écologiste était mandatée par son parti pour plutôt s’allier avec PS et DéFi en vue de faire tomber le MR comme dans d’autres communes et surtout d’empocher le mayorat! Il a donc obtenu beaucoup du MR. Dimanche, le PS, perdant des élections avec trois sièges maintenus sur 5 et DéFI, stable en pourcentage mais avec un siège de plus, attendaient un signal d’Ecolo qui n’est jamais venu.

On soupçonne donc un accord préélectoral entre Dilliès et Wyngaard, ce que ce dernier dément. On rappellera que MR et cdH avaient scellé leurs destins avant le scrutin mais le duo n’a pas suffi à produire une majorité. Au MR, certains estiment que le cdH, en perdant un siège, n’a pas rempli son contrat ce qui rend caduque cet accord préélectoral. Côté Dilliès, on répond qu’il faut bien encaisser le recul libéral qui entraîne de facto une perte de pouvoir.

A l’interne d’Ecolo et dans son électorat, le choix du MR et le fait que Thibaud Wyngaard ait renoncé au mayorat met le chef de file sous pression également. Les actes de candidatures des bourgmestre et échevins ont été déposés officiellement chez le secrétaire communal mais doivent encore faire l’objet d’un vote au conseil communal. On attend de voir l’attitude du groupe MR.

Un retournement d’alliance est peu probable à Uccle mais pas tout à fait exclu. En attendant, côté MR, on évoque l’idée de faire rentrer un échevin surnuméraire qui coûterait 100.000 euros par an à la commune pour servir l’Open Vld et libérer la présidence du CPAS pour un réformateur.

Cette proposition ne fait pas encore l’objet d’un consensus et devra être acceptée par Ecolo, ce qui n’est pas gagné.

Lire également

Publicité
Publicité