Les profs craignent une surcharge de travail

La ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns a pris note des remarques des syndicats et s’est engagée à les analyser. ©Frédéric Pauwels / HUMA

Le Pacte d’excellence va-t-il imposer aux enseignants de travailler davantage? C’est ce que craignent les syndicats, qui ont rencontré hier la ministre de l’Enseignement Marie-Martine Schyns.

Un avant-projet de loi qui redéfinit la charge de travail des profs est en préparation. Il fractionne la charge de travail des profs en cinq composantes: le travail en classe, les services à l’école et aux élèves, le travail collaboratif, le travail autonome (corrections…) et la formation continue. Le but est de faire valoir le fait que le travail des enseignants ne se résume pas à leur présence en classe.

Un point à priori positif pour les profs qui se sentent souvent attaqués sur leur temps de travail. Les syndicats estiment que le volet portant sur le travail collaboratif n’est pas assez balisé. Il regroupe les projets des établissements, comme les excursions, activités parascolaires. "Mais il va donner un blanc-seing aux directions pour rendre obligatoires toute une série de tâches assumées jusqu’ici volontairement", disent les syndicats, pour qui la gestion des écoles ne doit pas se transformer en gestion managériale. Marie-Martine Schyns a pris note des remarques et s’est engagée à les analyser. Les syndicats espèrent qu’elle reverra sa note.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect