Bruxelles envisage de s'attaquer aux SUV

L'usage de voitures encombrantes, comme les SUV, devrait prochainement être découragé dans la capitale. ©BELGA

La ministre Elke Van den Brandt travaille à une réforme de la taxe de mise en circulation qui favoriserait les voitures les moins polluantes et les moins encombrantes. Les SUV sont dans le viseur du gouvernement bruxellois... et dans celui de l'Agence internationale de l'énergie.

Bruxelles envisage de réformer la taxe de circulation. La volonté de taxer les véhicules sur leur pollution, et non seulement sur leur puissance, est connue. Il est visiblement aussi question de taxer les véhicules en fonction de leur taille. Le but: favoriser les voitures moins encombrantes et moins polluantes. Les SUV sont clairement en ligne de mire.

L'information est donnée par les journaux Sudpresse ce vendredi matin. Selon Elke Van den Brandt, l'idée est de "réformer la taxe de mise en circulation pour encourager les voitures les moins polluantes et les moins encombrantes, qui sont plus sûres pour les piétons et plus adaptées à la ville"

Depuis dix ans, l’effet négatif des SUV a déjà été cinq fois plus important que l’effet positif de l’électrique, selon l'AIE.

Les propos d'Elke Van de Brandt sont la suite logique de la déclaration de politique générale du gouvernement qui disait: "Le régime de taxe de mise en circulation (TMC) sera revu en intégrant une plus grande progressivité en fonction de la performance environnementale des véhicules (poids, puissance réelle et type de carburant utilisé) afin de dissuader l’achat de véhicules non adaptés aux déplacements dans un environnement urbain." 

Un gros marché...

Les SUV ont le vent en poupe depuis quelques années. Ainsi, l'an dernier, ils représentaient 38% des achats de voitures en Belgique... Ils constituent aussi  40% des ventes mondiales de voitures, dont un tiers en Europe. Et justement, cette semaine, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a pris les SUV pour cible, dans son rapport mondial sur l'énergie.

Que dit l'AIE? Elle pointe des tendances contradictoires, comme l'émergence des véhicules électriques occultée par le succès planétaire des SUV. Ces 4x4 urbains sont la deuxième cause de la hausse des émissions en 10 ans, derrière le secteur électrique, "et bien plus que tous les secteurs industriels mis ensemble"

Très polluant

Depuis dix ans, l’effet négatif des SUV a déjà été cinq fois plus important que l’effet positif de l’électrique, selon l'agence. "La préférence des consommateurs pour les SUV pourrait neutraliser les gains obtenus grâce aux voitures électriques. L’intérêt croissant des consommateurs pour ces véhicules plus grands et plus lourds pousse déjà à la hausse la consommation mondiale de pétrole. L’électrification complète des SUV est plus difficile et les SUV conventionnels consomment 25% de carburant de plus par kilomètre que les voitures de taille moyenne."  

Lire également

Publicité
Publicité