Darya Safai, une ancienne réfugiée à la N-VA

La Belgo-Iranienne a finalement répondu aux appels insistants de Bart De Wever. Elle figurera sur les listes N-VA pour les élections fédérales de 2019.

Une ancienne réfugiée qui se présente pour la N-VA: c’est assurément une recrue de choix pour Bart De Wever, empêtré dans le dossier des migrants. L’égérie féministe Belgo-Iranienne Darya Safai devrait en effet se présenter aux élections fédérales de 2019 sous la bannière des nationalistes flamands.

C’est en 1999 que la vie de Darya Safai a basculé lorsqu’elle participe avec son mari à une manifestation étudiante contre le régime des mollahs. Arrêtée, elle est emprisonnée pendant 24 jours, puis libérée sous caution en attendant d’être jugée. Sans attendre le verdict du tribunal, qui la condamnera par défaut à deux ans de prison, elle quitte le pays clandestinement pour gagner la Turquie et finalement atterrir en Belgique avec son mari. Dentistes tous les deux, ils recommencent à la VUB les deux dernières années d’études afin de faire valider leur diplôme.

Poser sans voile

Pour Darya Safai, la cause des femmes est un combat qui remonte à l’enfance. "Petite fille, je ne pouvais pas faire de vélo, ni aller me baigner, ni même rire, alors que les garçons n’étaient soumis à aucune restriction. Je me suis demandé pourquoi", expliquait-elle récemment sur une TV locale flamande, dans un néerlandais impeccable. "Pour les jeunes filles de mon âge, tout ce qui nous intéressait, c’était d’enlever notre voile et de poser pour des photos clandestines."

Le profil
  • Née le 9 avril 1975 à Téhéran
  • Mariée et mère de deux enfants, elle habite à Wemmel
  • Dentiste de formation, elle milite pour les droits des femmes en Iran
  • Réfugiée en Belgique en 1999, elle obtient la naturalisation en 2003
  • Lancement en 2014 du mouvement "Let Iranian women enter their stadiums"
  • Elle sera candidate pour la N-VA aux élections fédérales de 2019

Elle rejette catégoriquement l’argument de la gauche en Occident comme quoi le port du voile serait un symbole de diversité. À ses yeux, invoquer le relativisme culturel pour justifier le port du voile n’est rien d’autre qu’une discrimination institutionnalisée. Elle rejette aussi le multiculturalisme qu’elle considère comme "une voie sans issue".

Ouvrir les stades aux femmes

En 2014, Darya Safai lance le mouvement "Let Iranian women enter their stadiums" qui lutte contre l’interdiction pour les femmes iraniennes d’assister à des matchs de football masculin. "Les stades de sport sont un condensé de la société. Si on n’y trouve pas de femmes, cela signifie qu’elles sont exclues de la société également."

Partout où l’équipe nationale iranienne se présente, que ce soit en Italie, en Suède, aux Etats-Unis, et même aux Jeux Olympiques de Rio, elle se présente avec banderoles, T-shirts et slogans pour attirer l’attention des médias sur la condition de la femme en Iran.

Son livre "Lopen tegen de wind" (Courir contre le vent), où elle raconte sa vie, est diffusé dans les écoles à Bruxelles et Anvers.

Son profil intéresse à la fois l’Open Vld et la N-VA. Les nationalistes flamands lui attribuent en mars 2016 un "Ebbenhouten Spoor" (éperon d’ébène), qui récompense chaque année un "nouveau Flamand" méritant. En octobre 2017, Bart De Wever lui propose de se présenter à Anvers pour les élections communales de 2018. Mais elle refuse de quitter Wemmel. En janvier de cette année, elle se laisse quand même convaincre. "Nous devons transmettre aux gens qui s’installent ici des repères communs. La N-VA répond à ce défi", justifie-t-elle.

Présentée par Theo Francken lors de sa réception de Nouvel An à Lubbeek dimanche dernier, la nouvelle prise de la N-VA a bien failli voler la vedette au secrétaire d’État. Car Darya Safai ne manque pas de charisme. Et elle a aussi de la suite dans les idées, comme elle l’a confiée à Het Laatste Nieuws: "Bien sûr que cela me plairait d’être ministre. Je ne fais rien sans ambition."

Les excusesd’Anderlecht

En septembre 2015, le footballeur anderlechtois Mahmoud Hassan publie sur son compte Instagram une photo de supporters sur laquelle tous les visages féminins ont été effacés. Darya Safai dépose plainte contre Anderlecht. Le club se voit contraint de s’excuser et de prendre position contre toute discrimination sur base du sexe.

Defraigne au pilori

Pas sûr que Darya Safai et Christine Defraigne partiront en vacances ensemble. En cause, le voyage de la présidente du Sénat à Téhéran en mai 2016 où non seulement elle portait le voile mais où elle aurait tenu des propos effarants sur la condition de la femme en Belgique. "Aucun politique occidental n’a poussé le bouchon aussi loin", lui a lancé la Belgo-Iranienne. "Je n’ai aucune leçon à recevoir en termes de droits des femmes et de laïcité", lui a rétorqué la sénatrice MR.


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité