Isabelle Mazzara, la cheffe du SPF Intérieur fait sa rentrée

©BELGA

À l’issue d’un processus de sélection, l’actuelle patronne du service public fédéral (SPF) Intérieur vient d’être désignée directrice générale de l’Université libre de Bruxelles par le conseil d’administration.

Une trentaine d’années après avoir foulé pour la première fois les pavés de l’avenue Paul Héger, Isabelle Mazzara sera de retour à l’ULB en juillet prochain. À l’époque, l’actuelle patronne du service public fédéral Intérieur, native de Charleroi et décrite comme une joyeuse fêtarde par une amie, fréquentait assidûment la Jefke, encore située sur le campus. Ce qui ne l’a pas empêchée d’obtenir son diplôme en sciences politiques ainsi qu’une licence en droit international.

Le profil
  • 1968: Naissance à Charleroi.
  • 1991: Master en sciences politiques et sociales et relations internationales en 1991 et master complémentaire en droit international en 1992, à l’ULB.
  • Entre 2001 et 2013: Collaboratrice ou cheffe de cabinet pour différents ministres (Antoine Duquesne, Annemie Turtelboom, Maggie De Block).
  • 2014: Désignation comme présidente du comité de direction du SPF Intérieur un an après sa nomination comme directrice générale de la DG Institutions et Population du SPF Intérieur.
  • 2019: Désignation comme future directrice générale de l’Université Libre de Bruxelles.

Se destinant aux relations internationales, elle a débuté sa carrière à l’Office des étrangers où elle s’est concentrée sur les questions d’asile et d’immigration au niveau européen. En raison de son expertise, elle est détachée en 2001 au cabinet du ministre de l’Intérieur Antoine Duquesne (MR). Sans être militante, elle enchaînera les cabinets libéraux pendant 13 ans, à chaque fois recommandée par le ministre à son successeur. "Il n’y avait pas beaucoup d’experts dans cette matière", justifie-t-elle avec beaucoup d’humilité.

Mais c’est bien sa force de travail et sa grande expérience des fonctions dirigeantes, des qualités reconnues en dehors de la famille libérale, qui ont séduit le conseil d’administration de l’ULB, effaçant les dernières réticences liées à son étiquette politique. On vante également sa capacité à trouver des compromis, un atout majeur dans une institution ayant besoin d’une certaine rondeur. "Céder dans le cadre d’une discussion, ce n’est pas perdre", assure-t-elle à ce sujet.

Sensible à l'égalité des genres

L’intérêt d’Isabelle Mazzara pour le management s’est particulièrement manifesté lors de sa nomination comme cheffe de cabinet d’Annemie Turtelboom. Ayant l’impression d’avoir une force de persuasion et l’envie de transmettre, elle quitte la sphère politique en 2013 pour devenir directrice générale de la DG Institutions et Population du SPF Intérieur avant d’être nommée comme présidente du comité de direction un an plus tard. En tant que présidente du collège des présidents des SPF, son défi est également d’engranger des avancées concrètes, sans disposer d’un pouvoir hiérarchique. Tout sauf solitaire, Isabelle Mazzara est convaincue que l’on peut refaire le monde autour d’une table de réunion ou d’un verre de vin, italien bien sûr.

Maman d’une fille de 23 ans et d’un garçon de 19 ans, Isabelle Mazzara, qui était l’unique femme à la tête d’un SPF jusqu'en février dernier, est sensible aux questions d’égalité. En siégeant dans de nombreux jurys, elle constate qu’il y a toujours peu de candidates aux fonctions dirigeantes et, de facto, peu de lauréates. "Ce que je dis souvent aux femmes, c’est qu’elles peuvent avoir tout! Des enfants, une vie sociale et un job à responsabilités si elles en ont envie. Beaucoup de femmes croient qu’elles devront faire un sacrifice et ça, ce n’est pas correct!"

 

Devenue belge seulement à 17 ans
Née d’une union belgo-italienne, Isabelle (Paola) Mazzara est très attachée au pays d’origine de son père où elle a d’ailleurs vécu pendant un an lorsqu’elle en avait six. Uniquement de nationalité italienne jusqu’à l’âge de 17 ans, elle est devenue automatiquement belge lors de l’entrée en vigueur, en 1985, du code de la nationalité.

Féministe pro-quota
Jugeant les statistiques relatives à la présence des femmes dans le management de la fonction publique interpellantes, Isabelle Mazzara se dit favorable aux quotas. "C’est étrange de devoir prévoir des quotas pour que la moitié de l’humanité soit représentée dans les fonctions dirigeantes, mais si c’est un moyen pour avoir plus de femmes, il faut le faire!"

Accro à Netflix
Pour décompresser, la patronne du SPF Intérieur regarde des séries. Elle confie avoir une préférence pour les intrigues policières produites par la BBC comme "Luther", "Line of Duty" ou encore "Bodyguard", une série qui fait écho à son milieu professionnel puisqu’il est question d’un vétéran de guerre chargé d’assurer la sécurité de la secrétaire d’État… à l’Intérieur!

 


Lire également

Publicité
Publicité